Tag Archives: pote

Chut ! On est pas seuls !

26 Avr

Ah les joies de la vie à plusieurs ! (ou du camping, ou des vacances entre amis, ou du week-end chez beau-papa…)

Que tu sois chez tes parents, en coloc, parent avec enfant-sous-ton-toit, dans une baraque-appart avec voisins + murs tous fins ou dans toutes autres possibilités qui inclue toi, ta moitié et d’autres gens, se pose la question du bruit.

Je parle pas des bruits en général, on s’entend, mais bien des aiguës qui sortent de la bouche de madame (ou des graves de monsieur. ou l’inverse. ou les deux.).

Quand t’es célib/seul à ce moment-là et que t’entends un couple s’envoyer en l’air, c’est chiant. L’homme réagit de deux manières : 1. il s’en fout/dort déjà. 2. il se pougne. La femme, elle, a tendance à pester intérieurement (parce que ça l’empêche de dormir, qu’elle dit, mais bon… jalouse ouai !). Mais quand c’est toi qui fais partie du lot qui baise, bah c’est pas la même !

C’est vrai, y a des silencieux de nature et tant mieux pour eux, mais quand c’est pas le cas, t’as pas forcément envie de jouer au roi du silence et de casser ton délire pour épargner les voisins (et puis, bouffer du coussin, ça va bien un moment…). Généralement, quand ce sont des inconnus qui risquent de t’entendre, tu t’en cognes un peu. Mais quand c’est ta famille-la sienne-des potes, là, on fait moins le malin.

Effectivement, c’est toujours un peu tendu le lendemain au petit dej’ quand t’as vociféré toute la nuit et que t’as empêché son père de dormir. S’il est cool, il dira rien devant toi (mais fera peut-être comprendre à ton autre que la prochaine fois, ce serait bien de la mettre en sourdine), s’il l’est moins (et du genre un peu perv’ sur les bords, mais qu’il fera passer sous le coup de l’humour) tu te mangeras une petite réflexion.
Là encore, tout dépend. Si c’est le père du mâle, y a moyen que la petite blague passe difficilement auprès de la bru, mais si c’est le père de la Princesse, je doute que ce soit vraiment de l’humour quand il te propose de t’émasculer la prochaine fois (oui. les pères sont très protecteurs avec leurs fifilles).

Mais même quand ce sont des potes, c’est toujours chiant. T’as toujours un connard qui va faire des blagues vaseuses et des sous-entendus graveleux, bien lourds, que t’as juste envie de lui faire bouffer ses testicules par le nez, et un relou, genre intello sur le retour, qui va gueuler sous prétexte que tu l’as pas laissé fermer l’œil. Pour peu que t’en aies un qu’a pas trempé son biscuit depuis un bout de temps et alors là, c’est le drame. (Je dis « il » mais comprends que ça marche aussi pour les gonzesses, toutes aussi chiantes dans ce genre de cas).

 

Mais. Il y a encore pire.

Oui. Encore plus tendu.

Quand ce sont des oreilles chastes.

 

Si tu es parent, tu sais que c’est pas parce que t’as pondu une chiée de gamins que t’es privé de sexe à vie. Loin de là. Et je comprends ton besoin de faire crac-crac malgré la présence plus ou moins proche de tes mômes. Seulement… JE DIS NON ! Parce que, t’as peut-être pas vécu l’expérience TRAUMATISANTE d’entendre tes parents s’envoyer en l’air, ou t’as peut-être oublié ce que ça faisait (ou t’es habitué, et là je dis bonjour la psychanalyse), mais je crois que c’est la hantise de toute personne vivant avec ses parents.

Je sais, dans les magazines Parents et autres du genre, on t’explique que le sexe est important dans un couple (nous aussi on le dit, hein) et que quand tu viens de mettre bas c’est important de renouer avec son couple et de ne pas oublier son partenaire au profit du nouveau jouet qui gigote,  mais y a une différence entre faire l’amour avec un gamin de 6 mois dans la chambre d’à côté, et le faire quand t’as un gamin en âge de comprendre ce qu’il se passe. Y a de quoi refroidir un ado en rut, je te jure !

« Mais non ! » que tu vas me dire en pointant ton doigt arrogant devant mon visage, et pourtant, je confirme que si. Si je te dis que tes parents ont une vie sexuelle, tu vas me regarder avec de gros yeux, en te bouchant les oreilles et en chantant lalala pour pas m’entendre parler de ça, et c’est bien normal, comme moi, tu es né dans une rose ou dans un chou ou la cigogne t’as déposé devant la porte. On est bien d’accord que dans la tête de toute personne normalement constituée ses parents n’ont pas de vies à part celles de parents (voire, une vie professionnelle, quand même). Et bien dis toi que pour ton gamin, c’est pareil.

 

Mais bon, on va quand même pas s’empêcher de vivre à cause de tous ces cons !
Enfin, au moins, t’es prévenu… du coup, tu gères comment ? Un témoignage à partager ?

Des bises !
Mya0umais_pourquoi_tant_de_bruit__2962_north_320x

Publicités

Le syndrôme du meilleur ami.

25 Fév

Tu vois, dans la vie, on a des amis.
Mais, parfois, toi, t’as pas envie d’être un ami. Non, toi, tu veux plus. (Sous entendez du sexe et/ou de l’amûr qui dure toute la vie).

Au début, t’as rencontré le mec-la nana et t’as kiffé ta race, mais t’as compris que tu jouais pas dans la même cours/qu’il-elle voulait pas de mec-nana/que la place était prise (raye les mentions inutiles) et du coup, t’as eu l’idée BRILLANTE de devenir son pote. Tu vois où je veux en venir?

Clairement, cette idée que tu trouvais géniale au départ va vite devenir ton pire cauchemar. Parce qu’il faut savoir que chez beaucoup de gens, les amis deviennent asexués, moi la première. Ca veut dire que quand je te range dans la case « potes » je ne te vois plus comme un homme ou comme une femme, tu es pote, donc tu n’as pas de sexe à mes yeux, donc je n’ai aucune attirance, CQFD. Partant de ce postula, il est donc évident que je ne vais même pas remarquer la draguounette (plus ou moins lourde) de la part d’un de mes amis, puisque pour moi, si tu ne m’attires pas puisque tu es asexué, j’en déduis qu’il en va de même de ton côté. Il-elle me fait des câlins/bisous, normal c’est mon pote ! (note la naïveté de la gonzesse quand même… hum…).

Mais voilà, si à la base t’avais peut-être juste envie de mettre papa dans maman, à force d’être potes, tu finis par remarquer qu’il-elle est cool, qu’il-elle est sympa, qu’il-elle est drôle, qu’il-elle est cultivé-e, qu’il-elle est intelligent-e, voire tout ça à la fois, et que puisqu’il-elle a tant de qualités, que vous vous entendez méga bien et qu’il-elle est loin de te laisser indifférent, tu finis, comme tout bon con que tu es, par tomber in love. Le drame quoi.

Viens donc les pires moments de ta vie, quand monsieur-dame te dit que sa moitié lui a fait de la peine à son petit cœur/est un méga génial trop bien dieu du sexe/ est l’homme-la femme de sa vie. Oui, tu l’as compris, les moments où il-elle te raconte ses problèmes de cœur ou de cul, vante les mérites de l’autre ou les pires saloperies qu’il-elle lui a fait, juqu’au fatidique : c’est quelqu’un comme toi qu’il me faudrait/pourquoi il-elle est pas comme toi. Cette petite phrase de merde qui te rend schizophrène puisque d’un côté tu comprends qu’il-elle veut une personne comme TOI (et toi tu as des étoiles dans les yeux et les jambes en coton) et de l’autre côté tu piges qu’il-elle veut quelqu’un COMME toi, sous-entendu PAS TOI. Ca pique hein, ouai j’imagine assez bien.

Alors ouai, les amis on les adore, mais cessez de vouloir être pote avec les gens sur qui vous avez des vues, parce que ça marche rarement (vraiment TRES rarement, mais je sens que certains vont se faire un plaisir de me contredire, bande de méchants !)

Des bises !
Mya0u

%d blogueurs aiment cette page :