Tag Archives: cinema

[Hors Série 3] Les lieux publics

10 Juin

Et oui, continuons sur notre lancée des lieux insolites pour faire tout ce qui nous passe par la tête !

Pour cet article, je vous propose les lieux publics (et si tu n’as pas lu celui sur le sexe en extérieur en ville et celui sur le sexe dans la nature, vas-y vite, on t’attend !).

Ah les lieux publics ! Que d’endroits propices, tentants, comme un appel sous-entendu aux mains baladeuses ! Le cinéma, les restaurants, les discothèques, les bars, les musées, les piscines, les salles de concert, les couloirs de la fac ou le bureau pendant la pause déjeuner… de quoi ne jamais manquer d’imagination !

Je trouve vraiment que les lieux publics sont un appel à la débauche (enfin, quand t’es avec la personne adéquate évidemment). Si t’as un minimum l’esprit mal placé, tu verras que tu peux t’imaginer faire tout le Kama Sutra un peu partout si tant est que t’as l’autre qui suit (ou qui te donne envie).

Dans les deux précédents articles, je t’ai dit que le problème, bien souvent, ce sont les gens, mais dans les lieux publics, ça prend une tournure différente. Disons que t’as clairement plus de chance de te faire cramer, donc ça a un côté nettement plus excitant (bien que généralement ce genre de lieux soient plutôt propices à des préliminaires qu’à l’acte en lui-même, je vous laisse carte blanche pour le choix de vos armes !).

Le resto : le pied sous la table, on connait, quand on est face à face, c’est tellement facile, mais le mieux c’est encore côte à côte, quand on parle, l’air de rien, et que les mains se chargent d’expliquer explicitement le fond de nos pensées. Par contre, je déconseille les jeux buccaux, c’est quand même compliqué de passer inaperçu, mais si ça vous démange trop, les toilettes sont toujours une opportunité (et pas de « bouh c’est dégueulasse » bande de chochottes ! Le sexe est un jeu, alors on se détend !)

La discothèque/boite de la night : gros avantage avec le bruit de la musique, sans parler du fait qu’il y a très peu de lumière. Bon, c’est peut-être pas suffisant pour tirer son coup, mais de quoi ouvrir l’appétit sans aucun doute, et là encore, pour les pressés, les toilettes sont presque un passage obligé (et y en aura d’autres, croyez moi, pire qu’un club échangiste !). Ca vaut aussi pour les pubs et salles de concert, avec les mouvements des corps déchaînés dans la fausse/sur la piste…

Le cinéma : c’est mythique. Beaucoup rêvent (ou se sont déjà laissés tenter) de se tripoter au ciné. Après tout, c’est déjà propice aux galochages, limite un passage obligé pour les premiers rendez-vous des d’jeuns, alors y a pas de raison ! En plus, on est assis, tranquilles, le son est tellement fort qu’à moins de tomber sur un film muet vous avez peu de chance d’être emmerdés, et puis, une veste sur les genoux et hop, discrets ! L’inconvénient c’est de choisir son moment, et son film, parce que le dernier Disney n’est pas une bonne idée, et le jour de l’avant première d’un énorme film super attendu non plus. Donc on choisit, histoire d’éviter le public mineur et la salle bondée, mais on prend pas non plus une salle vide, parce qu’avec toutes ces histoires de piratage de films, les mecs veillent au grain et y a moyen de se faire griller.

Pour les piscines et les musées, c’est un peu pareil que plus haut. D’un côté vaut mieux qu’il y ait du monde histoire de brouiller les pistes, de l’autre, trop de monde et ça pourrait finir en partouse géante ou en passage au poste. Là encore, je conseille de rester aux préliminaires, parce qu’au-delà, c’est à vos risques et périls !

Le bureau/la fac : le tout, c’est d’éviter les profs ou le patron, mais là, au moins, on est un peu plus tranquille pour s’envoyer en l’air, parce qu’un bureau, c’est quand même plus simple qu’une table de resto. Bien sur, au bureau, on pourra fermer la porte ou cacher madame/monsieur sous le bureau si on est plus courageux, mais au final, le plus délicat sera de vous retirer ce sourire des lèvres quand vous croiserez vos potes/collègues juste après (et attention aux tâches !).

Je vous l’ai pas dit dans les autres articles, mais je vous rappelle quand même que ce genre de lieux c’est sympa pour un quicky, parce que si vous comptez nous la jouer complète en 3 actes, vous feriez mieux d’aller ailleurs, question de pratique quoi.

Je suis sûre que vous en avez de bonnes à nous raconter, alors on vous écoute, et si vous ne vous êtes jamais laissé tenter, vous pourriez nous dire les lieux qui vous inspire le plus !

sexe bureau

Des bises,
Mya0u

Publicités

La télévision.

24 Avr

Alors, non je ne vais pas te parler des films héros-tiques qui passaient sur M6 le dimanche soir. (Désolée) Je ne vais pas non plus parler de séries, je pourrais longuement m’étendre sur Dr House et compagnie, mais je doute de l’intérêt de la chose. Non, je vais parler de la télévision. (Oui bon, on a compris, là)

Tu vois, dans une chambre, souvent, si tu ne vis pas en Sibérie ou dans un ghetto chinois, tu as un lit (voire ô grand luxe, un lit double  !), et pour les plus riches d’entre vous, une télévision. Je dis les plus riches d’entre VOUS, parce que moi, t’as vu, j’suis trop une intello, j’ai pas la télé. Même que je pleure un peu des fois parce que sans télé on peut pas jouer à la NES. Et la NES c’est un peu la vie. Mais je m’égare un peu.

La télévision, cette machine lumineuse qui empêche de dormir  ! Ô magnificence  de l’abstinence  !

Alors bon, j’vais pas mentir, parce que j’vous entends dire que « ouais euh bah la télé c’pas juste l’abstination, tout çaaah ! », la télévision ça ne sert pas uniquement à ne pas baiser. Bah non. Moi même, grande romantique (genre) j’ai déjà pécho devant la télé. Bon on était déjà ensemble et c’était déjà bien parti avant pour que ça pèche… Mais c’est sûr, la télévision avec son canapé (ou mieux son lideuplaces), sa faible lumière ça permet toutes les petits gestes qu’on ose pas faire sous le néons ou l’halogène (ça dépend de ton ampoule). C’est un peu comme la salle de cinéma, mais version intimiste (sauf si t’es avec toute ta famille ou tes potes sur le canap’), tu peux « glisser » et lâcher le films sans que ça gène toute la salle comme au ciné. (Notons ici qu’il y en a qui ne se gênent pas de le faire au ciné quand même. Faites ça discrètement siouplé. (c-à-d pas de gros « OH OUI ! » ni de couinements suspects en plein milieu de LA scène de suspense.)) Sans compter que regarder un film dans un canapé ou un lit (ou un canapé lit, gnagngna) ça permet de se blottir. BAH OUAIS ! et ça c’est cool ! Parce que va te blottir quand la télé est dans la cuisine. Va y blottit toi dans ta chaise qu’on rigole. Alors qu’à deux sous la couette dans un lit moelleux (ou dur. Ca dépend.), avec uniquement la lumière de la télé, ça offre bien des occasions à des prémisses de sexualisation tout ça ouh la la. Pschhiiii ! (onomatopée.)

Mais la télévision c’est aussi le contraire, le petit alibi foireux de médéme qui préfère suivre Top Chef ou Qui veut épouser mon fils plutôt que d’exécuter son devoir conjugal (<parenthèse> : le « devoir  » conjugal, ahh quelle belle formulation bien machiste genre c’est un devoir. Tss)
Allez, ne ment pas, tu l’as déjà dit. « Non, pas maintenant… Je regarde [ajoute ici le nom de ton émission débilisante favorite, ou de ta série en strimingue préférée] »
Oui, c’est un alibi de merde, un peu comme tous les autres alibis. C’est pour ça que c’est des alibis hein.
On me souffle d’ailleurs dans l’oreillette que les couples à télé dans la chambre ont statistiquement moins de relations sexuelles que ceux qui l’ont dans le salon (ou qui n’en ont pas.). Je ne sais pas comment ils statistiquent ceux qui vivent dans un studio chambre-salon….
Bon et je disais médéme et Top Chef, mais ça marche aussi avec Mr et Terminator. Ou PIRE Mr et Top Chef. Et là, désolée mais je ne peux pas aider.
Alors pourquoi un tel alibi ? Menons l’enquête exclusive dans la zone interdite du lit-télé ! Car c’est capital de savoir, nous pourrons faire entrer l’accuser ensuite et lui lyncher la gueule. (Si peu)

Certes, c’est un alibi, disais-je. Et comme tout alibi il peut vouloir dire « tu baises mal  » ; « tu fais chier » ; « j’en ai marre ». Vous avez saisi l’idée. Mais aussi et c’est là que ça se complique un peu, une manière de signifier que la télé est devenue votre nouvel amour (est dans le pré), et qu’elle a pris toute la place dans votre couple, vous coupant jusqu’à l’envie de vous la jouer façon belle toute nue en 60 secondes chrono.  La solution  ? L’envoyer à M6 Boutique.

la télévision

Moi, j’aime pas la St Valentin !

13 Fév

Je n’ai jamais fêté la Saint Valentin. Oui, jamais. J’y étais presque une fois, mais non, raté, ça a pété avant (longue histoire, tout ça). Voilà, je n’ai jamais vécu de St Valentin-fête des amoureux-j’te fait un cadeau pourri pour te dire que je t’aime même si t’es chiant(e) le reste de l’année-Restaurant p’tites bougies verre de vin-(baise le soir si j’ai pas trop bu). C’est pas grave, je m’y fais parfaitement. Si, je vous jure.

Si tu en doutais encore, petit(e) lecteur(trice) Boobizien(ne), je suis une grosse rabat-joie, militant contre la niaiserie de couple. Tu sais tout maintenant.

Pourquoi ?

Pourquoi pas de fête de la Saint Valentin pour moi ? je pense que c’est simple à expliquer. J’ai personne à qui faire un p’tit cadeau chou-mignon-tout-ça (enfin si j’ai du monde, mais c’est une autre histoire). Pourquoi ? C’est un peu compliqué. (Si, c’est vrai, c’est pas juste que je suis insupportable. Ça aide pas, je sais.) Mais pour faire simple, ich bin singeul, voilà. Allez y, envoyez moi des mails de déclaration d’amûr foufoufou, je quiphe.

Pourquoi je n’aime pas la Saint Valentin ? Je vais t’éviter le discours pas crédible du « C’est commercial !« , ça l’est, c’est sûr, mais ça n’apporterai rien au débat. Et puis le commerce c’est un peu tous les jours. Je vais également passer sur le lien trop simpliste du « Nan mais elle aime pas parce qu’elle l’a jamais fêté !« . Prout hein. J’aime pas ce genre de fête, déjà parce qu’elle sert à rien, et surtout parce qu’elle sert à rien. Y a pas un jour des meilleurs amis, etc. Certes, il existe la superbe fête des pères z’et des mères, des grands parents aussi, je crois. A quand la fête des cousins, des oncles, des chatons-mignons ? En même temps, y a bien la journée de la gentillesse. Le monde est perdu. (Oui, c’est le jour où je reste couchée.)
Après c’est sûr que si tu es restaurateur ou fleuriste, ça sert…à son chiffre d’affaire. Idem cinémas, vendeurs de capotes et de Champ’. (agne, pas ignon.)

Pourquoi je n’aime pas la Saint Valentin ? Parce que tous ces connards de blaireaux heureux, en couple avec une espèce de machin (non, pas mon chat) qui sourie un peu et sort sa carte bleue, parce que, quand même, c’est la Saint Valentin ! Alors, en général, soit c’est ptirestau, soit c’est version feignasse qui sort du boulot, et commande de sushis. Dans le restau, y a que des couples, alors z’êtes content, z’être entre vous, dans votre super club très fermé des « en couples« . Ca se roule des pelles à table entre le pain et le fromage, y en a certains qui font les oufs et qui tentent le coup de la bague (ou le collier coeur qui s’ouvre t’as vu j’ai mis une photo de nous deux, que tu n’arriveras jamais à refourger) dans la flute de Champ’ (agne, toujours), d’autres qui font des avances un peu hot, à coup de pieds sensouels qui remontent le long des collants un peu trop serrés de la fille en face. Ca, c’est pour les restaurants avec deux verres et plusieurs couverts identiques sur la table. Version kébab/grec, c’est les doigts dans ta meuf, tavu, césexi. Après, des fois y a une sortie cinéma, pour voir un truc un peu gnan gnan romantico-abruti, basée sur des faits totalement Bridget-Jonesesques, et bien sûr, le film sera entrecoupé de slurps slurps et de gémissements, dus, soit à des bisous-dégueux-avec-la-langue, soit à d’autres choses que tu imagines très bien aussi, à base de bouche et de péni (tu sais le péni, on dit le phallu des fois aussi). Donc là, soit ça conclu dans le ciné, soit après en rentrant, un peu ivre. Une capote et au lit. (Sinon, si t’as vraiment la flemme, t’as toujours la boite en forme de coeur, avec des chocolats dégueulasses à la liqueur, en forme de coeurs aussi.) Je passe outre le string à fourrure rouge « pour lui faire plaisir » et le calbut à coeurs en nuances de roses. (véridique, j’en ai déjà vu un comme ça.) Demain, ça sera pâtes carbo devant Qui veut épouser mon fils, ou le match de foot, avec une binouse et chérrrie qui fait la bouffe, la lessive et la vaisselle, « bah ouais, c’était HIER son jour, maintenant elle fait pas chier sinon je l’emmène pas au restau l’an prochain. En plus c’est moi qu’est raqué de la thune. Merde. » (Hashtag Romantisme.)

Sauf que lorsque tu es seul(e), bah tu n’as pas tout ça. Alors des fois, pour pallier, tu décides de faire une contre-soirée célibataires désespérés avec tous(tes) tes copains(ines). Allez, un p’tirestau entre nous. ET BAH NON ! Tu te rends bien compte, avec tes moches de copains que tout est plein…d’amoureux qui fusionnent de la bouche à table. Pas de place pour les moches célibataires en chien. De une, y a pas moyen de draguer la meuf canon de la table 12, parce que y a son blaireau qui lui bouffe le visage, et de deux, de toute façon toutes les tables sont réservées depuis 12 mois, si tu viens à 6, c’est pas possible, ils n’ont que des tables de deux, p’tite fleur, p’tite coupe de Champ’ (agne, oui.) et quelqu’ ji-boux, plus un tupeurouére pour le chien/le bébé. Alors vous décidez d’aller au ciné, bah oué, y a le dernier Truc Bidule Chouette qu’est sorti, qu’y parait qu’il déchire grave sa raçe. Mais dans la salle tu retrouves un couple de moches qui se pelote un peu trop clairement, les doigts dans l’un, la bouche autour de l’autre. Toi qui pensait fantasmer sur l’actrice principale un peu super méga bonne, et pourquoi pas emmagasiner des images pour te « soulager » ce soir, raté ! C’est con, y avait une scène où on voyait ses seins en plus. DOnc, là, soit tu sors un fusil à pompe de ta poche arrière de jean, soit tu rentres chez toi, fait faim bordel ! Tu sors tes plus belles pâtes, tu sais les tagliatelles, les pâtes oubliées, si t’as le courage, peut-être même que t’y mettras du sel et du fromage. Ah merde, non, y a plus de fromage, c’était blindé à Auchan, t’as oublié.

Sinon, tu restes avec tes amies/tes colocs célibataires, tu récupères du stock boisson pour soirée, et tu commandes des pizzas. Puis tu passes la soirée à descendre tous les couples que tu as connu depuis que tu as 1 an. Et/ou à retracer ta propre vie senti-menthe à l’eau sexuelle et romantique. Et si t’as un ex qu’en avait une petite, bah c’est sa soirée. Surtout s’il pensait qu’il en avait une magique qui te faisait grimper chez les Dieux des Ferrero Rochers en un contact.

Et ce qui est bien, c’est que tu recommenceras demain. Parce que c’était bien, et qu’en fait, tu es bien comme ça.

De toute façon, j’aime pas aller au restau. Par contre, j’veux bien des chocolats.

saint valentin

%d blogueurs aiment cette page :