Archive | Mya0u RSS feed for this section

Des vacances !

27 Juin

Hé oui ! Myaou et moi-même allons nous prendre un peu de vacances pendant tout le mois de juillet. Donc pas de publication durant ce mois-là. On sait, c’est terrible mais on a aussi besoin de faire une petite pause Boobizz, histoire de se ressourcer et réfléchir à de nouveaux sujets à aborder. Parce qu’on a déjà écrit beaucoup, et sur beaucoup de sujets alors c’est de plus en plus difficile de trouver l’inspiration.

En attendant notre retour, nous aimerions savoir quels sujets vous aimeriez nous voir aborder ici. Aussi, on vous a fait une liste de sujets qu’on voudrait aborder sans trop, soit, savoir comment, soit, sans avoir de vécu personnel à ce sujet et donc rien de très constructif à en dire. Si vous vous sentez de nous écrire un article (ou un témoignage, ça marche aussi), n’hésitez pas à nous envoyer un mail (=> nina.boobiz@gmail.com ) bien sûr, tout ceci peut se faire anonymement, ce n’est pas un problème. (Pareil, si vous voulez proposer un sujet anonymement, vous pouvez me l’envoyer par mail.)
On vous remercie tout plein d’avance !
Keurbisou
Nina & Myaou

Et voici la liste des sujets :

  • La sexomnie
  • Le fétichisme des pieds
  • Les femmes frigides
  • Les femmes fontaines & l’éjaculation féminine
  • Le 69
  • La cravate de notaire (branlette espagnole)
  • Une personne porteuse du HIV pour en parler
  • Le point G
  • Le sexe dans l’eau
  • Le kamasutra

Sous les jupes des filles

25 Juin

Il fait beau. Ça y est, on est en été o/

Toi aussi tu kiffes le soleil, le ciel bleu, la chaleur. Ou pas d’ailleurs.

Et quand il fait beau slash chaud, on a tendance à s’habiller plus léger. Pour les hommes ce sera petit tshirt, bermuda voire short. Pour les femmes, ce sera jupe, short, robe ou petit haut fin/court etc.

Mais quand t’es un mec, ça pose pas trop de problème. En revanche, les femmes, elles, sont confrontées à un problème de taille : le regard dans la rue.

Si t’es sur twitter et que tu suis les bonnes personnes, t’as dû voir passer le hashtag GraceAuFeminisme. Et via ce hashtag, on a pu voir combien la tenue vestimentaire des femmes était problématique. Combien l’image de la femme était problématique.

Ce qui m’a fait tiquer c’est le tweet de pseudo-de-ouf qui nous met ceci :

image

Comme si les féministes criaient à l’immolation de la mini-jupe. Et surtout, comme si les femmes avaient besoin du consentement ou même de l’avis d’un mec pour savoir comment s’habiller. Notons que ce n’est pas le cas, si vous aviez toujours un doute.

A ce tweet s’en mêlent d’autres sur le harcèlement de rue. Celui qui ressort encore plus dès les beaux jours et l’apparition des premières jambes dehors. Comme si le fait de mettre un peu plus de peau dehors donnait droit à un avis -positif ou négatif- de ces messieurs. Mais ce n’est pas que dans les réflexions qu’on s’en rend compte, on le voit aussi dans les regards appuyés, les gestes -souvent déplacés. D’ailleurs, on les supporte aussi de nos consœurs qui se permettent, sous prétexte d’être elles-mêmes des femmes, commentaires et regards rarement agréables. Ça s’appelle le slutshaming. C’est juger une femme sur la longueur de sa robe, parce qu’on la jugera trop courte, alors celle qui la porte est forcément une salope.

Du coup, vu que c’est les beaux jours, vu qu’on a du soleil, vu que j’ai croisé pas mal de jambes dénudées, j’ai un petit conseil à vous donner : passez votre chemin. Pas de regards appuyés, pas de gestes déplacés, pas de réflexions, rien.

Oh et vu que je m’y attends et que je suis pas d’humeur, passez-moi aussi les mâles tears à base de « mais tous les hommes sont pas comme ça ! »

Des bises
Mya0u

image

image

image image image image

Quand le don du sang devient excluant

16 Juin

Samedi 14 juin était la journée mondiale du don du sang.

Le don du sang est un acte généreux, bénévole, qui sauve de nombreuses vies chaque jour.
Je suis donneuse depuis de nombreuses années. Je donne mon sang, mais je suis aussi donneuse volontaire de moelle osseuse. On a peu de chances d’être appelés, mais si je le suis, si je peux donner une chance de survie à quelqu’un, alors je serai heureuse.

Mais voilà, tout ça ne serait pas possible si je ne mentais pas.

Oui, comme beaucoup de donneurs, je suis obligée de mentir sur ma vie personnelle, ou plus exactement sexuelle, pour pouvoir donner mon sang.

Vous le savez, je ne m’en cache pas, je suis pansexuelle et polyamoureuse. Ça sous-entend donc que je couche avec plusieurs personnes, que je suis susceptible d’avoir des relations homosexuelles et hétérosexuelles et ça, ça ne passe pas.

Que mes relations soient protégées, ils s’en foutent.
Que je me fasse tester HIV/hépatite/syphilis régulièrement, ils s’en foutent.
Qu’à côté de ça je sois une donneuse exemplaire, sans anémie, sans maladie, sans cholestérol, ça ne change rien pour eux.

On pourrait comprendre certains de ces interdits si on était encore au XXème siècle, à l’heure où le sida touchait principalement les homos et les drogués, les multipartenaires et les jeunes, bref, avant qu’on pige que la capote c’était pas quelque chose d’optionnel. Mais maintenant ?

Y a-t-il vraiment une différence entre un gay et un hétéro ? L’un a-t-‘il réellement plus de risques que l’autre ?
On parle souvent de la sodomie comme rapport à risque facilitant l’accès du HIV d’un partenaire à l’autre, cependant, la sodomie n’est pas réservée aux homos. Les hétéros et les lesbiennes aussi pratiquent la sodomie, quant aux gays, tous ne la pratiquent pas.

Y a-t-il vraiment une différence entre un monogame revendiqué et un poly ?
Les deux comprennent (ou pas) l’importance de se protéger. Je dirais même que les poly en ont encore plus conscience. Alors quoi ? Sommes-nous indignes ? Indignes de confiance ? Indignes de sauver des vies ?

Outre le fait que les dons soient testés avant d’être utilisés, je trouve ça carrément ostracisant. Humiliant.

Je me suis déjà fait recaler pour un don, parce que j’étais à jeun et qu’on donne pas son sang à jeun pour éviter les malaises. J’ai compris, ça ne m’est plus jamais arrivé. Avant chaque don je mange et je bois beaucoup. Mais voilà, il y avait un risque pour moi, donc j’ai compris.

Le fait d’être homosexuel, bisexuel, pansexuel, libertin, polyamoureux, polygame ne vous confronte pas à un risque. Et ça ne provoque pas plus de risque dans un don que d’être hétéro, monogame, exclusif.
Dès lors que tout le monde se protège, qu’est-ce qui me rend différente des autres ?
Rien.

Alors, aux yeux de l’EFS je suis une hétérote célibataire sans rapports à risque -puisque protégés- mais aux miens, je suis une femme qui ne peut assumer qui elle est, qui a honte du regard qu’on lui impose et qui subit des jugements humiliants.

 

(je précise qu’il y a d’autres personnes interdites de dons, comme les transfusées ou les gens ayant vécu en Angleterre dans les années 90. J’ai tenté de contacter l’EFS pour avoir quelques réponses dans le weekend mais …silence radio)

 

Donner peut sauver une vie. Alors je donne. Donnez. Donnons. Mais ne cessons pas de revendiquer une égalité.

Le guide de l’infidèle

11 Juin

Je sais, je sais, tromper c’est mal. Mais, après tout, je suis pas là pour juger, et quitte à tromper, autant éviter de se faire griller.

Quand on a commencé Boobizz, je t’avais déjà fait un article, un mode d’emploi, sur l’infidélité, mais il est bon de se rafraîchir la mémoire, et j’ai quelques trucs à ajouter, ou, plus exactement, des points à développer.

Dans cet article, je voudrais surtout parler des différentes manières de se faire griller, donc, de ce dont il faut se méfier. Je vais me permettre d’utiliser nos cinq sens pour te montrer que TOUT doit être scrupuleusement vérifier.

D’ailleurs, on trompe pas tout seul, donc ce serait bien que tout le monde le sache. Moi, par exemple, je ne suis pas infidèle vu que je n’ai personne dans ma vie, par contre, je couche avec des hommes maqués (oui c’est mal toussa), du coup, je vérifie avec eux certains détails.

Infidele

LE TOUCHER.
Je commence léger. Le toucher, c’est surtout les griffures et morsures qui, si ça ne laisse pas forcément de traces apparentes sur la peau, se sentent quand on passe sa main dessus. Et tu peux être sûr-e que, pris sur le fait, tu vas surtout passer pour un-e con-ne et galérer pour te justifier !

Le toucher, si l’on peut dire, c’est aussi le sexe en lui-même. Madame est un peu plus large après, ou monsieur un peu plus mou, et ça peut se remarquer…

LE GOUT.
La cyprine comme le sperme ont un gout particulier.
Si ta nana ou ton mec décide de te tailler une pipe dès que tu rentres, tu vas te faire niquer. Parce que soit tu l’as fait sans capote (et t’es un gros con) et du coup le gout de l’autre sera sur toi, soit tu l’as fait avec capote mais t’as pas pris de douche et tu vas avoir l’odeur du sperme ET de la capote. Parce que oui, une capote ça a un gout de plastique et ça se repère. Crois moi j’ai testé pour toi.

Et si toi, madame, tu t’es fait démonter au clair de lune, le gout de la cyprine diffère entre le « juste à l’entrée » qui est plutôt léger et le « je me suis fait ramoner » qui a un gout plus fort, plus acre, sans parler que sous l’effet de l’excitation, on mouille plus, donc on se fait griller quoi. (Ça m’est arrivée, note que je te donne mes techniques de bougresse, dire à son mec qu’on est mouillé bicoz on a pensé à lui et voilà CA MARCHE, mais ça marche qu’une fois, ils sont pas complètement cons non plus).

L’OUÏE.
Tu te feras trahir par tes amis, sache le, parce que ça parle. Et ça parle trop. Ils ne le feront pas exprès, mais tu te feras couiller.
Sous la pression, certains peuvent craquer et tout balancer à ta moitié, ou, au contraire, si tu te sers d’eux comme d’alibi, mieux vaut prévoir le coup, qu’il ou elle ne lâche pas un « ah non, ielle était pas chez moi hier soir !« 

Alors comment faire pour ne pas en parler s’ils-elles te servent de couverture ?
Le meilleur moyen, c’est d’utiliser des gens qu’ils-elles ne croisent jamais, un patron, un collègue, un ami qui habite loin, une vague connaissance… bref, pas ton meilleur ami qu’ielle connait si bien. En revanche, si tu as une confiance ABSOLUE en ton-ta meilleur-e ami-e, tu peux te tenter de lui en parler, à condition que tu saches d’avance sa réaction. Disons le clairement, si ton-ta meilleur-e ami-e a perdu son âme-sœur à cause d’une infidélité, mieux vaut t’abstenir, parce que, outre la leçon de morale qui te pend au nez, ielle risque bien de te balancer pour que ça te serve de leçon… Cependant, si tu sais qu’il-elle s’en tape, bah, let’s go, avec un peu de chance ça te sera même plutôt utile d’avoir, sous la main, un alibi tout frais pour tes cinq à sept rapides.
Mais, je mets un gros /! ATTENTION /! sois SUR-E et absolument CERTAIN-E que meilleur-e ami-e n’ait pas des vues sur ton demi, parce que là c’est tendre le bâton pour te faire battre. 1. ielle risque de te balancer 2. ielle risque de le-la récupérer

L’ODORAT
Je ne le dirais jamais assez, les odeurs ça trahit. On a le nez fin, très fin, surtout quand il s’agit de sa moitié qui rentre tard.
Donc, le mieux, c’est encore que l’autre ne porte pas de parfum, ou de déo, ça aide déjà pas mal à limiter la casse. Ensuite, le mieux c’est quand même de prendre une douche, mais de prendre une douche SUR PLACE, pas quand tu rentres, c’est super suspect, si si, je t’assure. D’ailleurs, j’ai trouvé une technique y a pas longtemps avec Crush, c’est d’offrir à ta moitié le parfum de ton amant-e, on est d’accord, dit comme ça, c’est dégueulasse, mais dans la pratique c’est, justement, pratique !

On oublie, évidemment, les capotes parfumées.

Mais pas que !
Les huiles de massage, ça laisse une odeur tenace, même après une douche. Les gels douches et shampooings que vous allez utiliser ne sont pas les mêmes que les vôtres, alors là aussi, on fait gaffe, certains ont un parfum très prononcé qu’il vaudrait mieux éviter. On pense aussi aux cosmétiques, parce que le petit bisou en partant c’est mignon, mais ces dames savent que le rouge à lèvre, le gloss et même le baume à lèvre ont tous des odeurs différentes.

On pense aussi à la clope qui laisse une odeur particulièrement forte sur VOS fringues, donc autant si tu fumes c’est bon, mais si tu ne fumes pas et ton demi non plus mais ton rechange oui, alors là BON COURAGE !

VUE
Normalement, ça, tout le monde y pense, mais quand même.

On vérifie qu’il n’y ait pas de cheveux qui trainent sur les épaules, ou pire, dans les sous-vêtements (ouais ça se fout partout, et je sais de quoi je parle j’en perds beaucoup…), pas de poils d’animaux (pas que je doute de vos mœurs, mais si l’amant-e a un chat et toi pas, ça va vite se voir!).

On pense également à ce qui se lit… SMS, Facebook, Twitter, Whatsapp, Skype, historique de navigation, historique d’appels… et à ce qui se regarde… SnapChat, mails, photos/vidéos sauvegardés sur le PC ou le téléphone… Y a pas de « mais, mon-ma chéri-e fouillera jamais dans mon téléphone » non, on ne fait confiance à personne. Infidèle doit rimer avec parano, c’est mieux. On efface tout, on ne garde absolument RIEN et, le mieux, c’est encore de se donner des plages horaires de communication. Par exemple, quand on sait que les deux bossent, mais jamais le week-end ou le soir, jamais quand on a un doute sur l’emploi du temps de l’autre etc. Si seul l’un des deux est pris, l’amant-e fera en sorte de savoir quand écrire ou d’attendre que l’infidèle démarre la communication, on s’assure donc de sa dispo. Je sais, ça fait un peu clebs qui attend, mais vaut mieux mettre son égo de côté dans ce genre de cas que de déclarer la guerre ouverte. Et pour les petits malins qui SMS leurs maitresses/amants QUAND ILS SONT AVEC LEUR MOITIE, pensez à ajouter le « ne répond pas » en début ou fin de message, ça vous évitera des drames. Le mieux, ça reste d’avoir 2 téléphones, un pour l’officiel un pour les coups d’un soir ou plus qu’on laissera sur son lieu de travail pour être sur de pas se faire avoir.

Mais on pense aussi aux éventuelles marques. On se frotte pas tout habillés sinon c’est risqué de se tacher mutuellement, et la tache blanche sur la cuisse du jean, je t’assure, ça trahit !

De manière générale, le mieux c’est encore de pas voir l’officiel-le juste après l’autre, ne serait-ce que pour limiter les chances de se faire griller, mais aussi parce que le bonheur, ça se voit, et rentrer avec un sourire jusqu’aux oreilles aussi !

Voilà, je pense pas avoir oublié grand chose mais si jamais, n’hésite pas ! Et n’hésite pas à partager tes expériences, bonnes ou mauvaises, on est aussi là pour ça.

Je précise, parce que je le sens, que je ne fais pas l’apologie de l’infidélité, ou de la fidélité d’ailleurs, chacun fait ce qu’il veut !

Des bises
Mya0u

Définissez vos relations

4 Juin

C’est un truc apparemment primordial. Faut toujours définir le type de relations qu’on entretient. Je trouve ça un peu… Trop rangé, mais soit.

Du coup, je me demande quand faut le faire, et lesquelles doivent l’être ? Toutes, sans doute. Après tout, on le fait machinalement. « Je te présente pipou, mon meilleur ami » « voilà choupinet je te présente l’amoureux ». Mais bon, dans le discours un « je te présente mon plan cul du soir » ça sonne un peu moins bien. Ou encore « voilà mon ex, on baise ensemble de temps a autre c’est cool ! ». Pas sur que vos parents aiment autant que vous l’idée.

Pourquoi définir une relation?

Apparemment ça rassure de savoir ou on met les pieds. C’est sur qu’en précisant que unetelle est votre gonzesse ça recadre tout de suite les sourires enjôleurs et les espoirs de mademoiselle, encore que…

C’est d’ailleurs en définissant les relations qu’on entretient qu’on aide les autres a savoir ou il se situe. Parce que si tu présentes ton mec comme « mon amoureux que j’aime a la folie » ça change du « mon type du moment » ou encore « c’est vaguement mon mec mais bon », tu comprends bien qu’y a une possibilité d’enfoncer la porte dans les deux derniers cas.

Bon, ok, y a des fois c’est super compliqué de définir une relation. Genre quand toi même tu sais pas trop. Genre quand y a plusieurs moitiés dans le lot. Enfin…

 

T’en penses quoi? Tu définies toi? Et comment?

%d blogueurs aiment cette page :