Quand le don du sang devient excluant

16 Juin

Samedi 14 juin était la journée mondiale du don du sang.

Le don du sang est un acte généreux, bénévole, qui sauve de nombreuses vies chaque jour.
Je suis donneuse depuis de nombreuses années. Je donne mon sang, mais je suis aussi donneuse volontaire de moelle osseuse. On a peu de chances d’être appelés, mais si je le suis, si je peux donner une chance de survie à quelqu’un, alors je serai heureuse.

Mais voilà, tout ça ne serait pas possible si je ne mentais pas.

Oui, comme beaucoup de donneurs, je suis obligée de mentir sur ma vie personnelle, ou plus exactement sexuelle, pour pouvoir donner mon sang.

Vous le savez, je ne m’en cache pas, je suis pansexuelle et polyamoureuse. Ça sous-entend donc que je couche avec plusieurs personnes, que je suis susceptible d’avoir des relations homosexuelles et hétérosexuelles et ça, ça ne passe pas.

Que mes relations soient protégées, ils s’en foutent.
Que je me fasse tester HIV/hépatite/syphilis régulièrement, ils s’en foutent.
Qu’à côté de ça je sois une donneuse exemplaire, sans anémie, sans maladie, sans cholestérol, ça ne change rien pour eux.

On pourrait comprendre certains de ces interdits si on était encore au XXème siècle, à l’heure où le sida touchait principalement les homos et les drogués, les multipartenaires et les jeunes, bref, avant qu’on pige que la capote c’était pas quelque chose d’optionnel. Mais maintenant ?

Y a-t-il vraiment une différence entre un gay et un hétéro ? L’un a-t-‘il réellement plus de risques que l’autre ?
On parle souvent de la sodomie comme rapport à risque facilitant l’accès du HIV d’un partenaire à l’autre, cependant, la sodomie n’est pas réservée aux homos. Les hétéros et les lesbiennes aussi pratiquent la sodomie, quant aux gays, tous ne la pratiquent pas.

Y a-t-il vraiment une différence entre un monogame revendiqué et un poly ?
Les deux comprennent (ou pas) l’importance de se protéger. Je dirais même que les poly en ont encore plus conscience. Alors quoi ? Sommes-nous indignes ? Indignes de confiance ? Indignes de sauver des vies ?

Outre le fait que les dons soient testés avant d’être utilisés, je trouve ça carrément ostracisant. Humiliant.

Je me suis déjà fait recaler pour un don, parce que j’étais à jeun et qu’on donne pas son sang à jeun pour éviter les malaises. J’ai compris, ça ne m’est plus jamais arrivé. Avant chaque don je mange et je bois beaucoup. Mais voilà, il y avait un risque pour moi, donc j’ai compris.

Le fait d’être homosexuel, bisexuel, pansexuel, libertin, polyamoureux, polygame ne vous confronte pas à un risque. Et ça ne provoque pas plus de risque dans un don que d’être hétéro, monogame, exclusif.
Dès lors que tout le monde se protège, qu’est-ce qui me rend différente des autres ?
Rien.

Alors, aux yeux de l’EFS je suis une hétérote célibataire sans rapports à risque -puisque protégés- mais aux miens, je suis une femme qui ne peut assumer qui elle est, qui a honte du regard qu’on lui impose et qui subit des jugements humiliants.

 

(je précise qu’il y a d’autres personnes interdites de dons, comme les transfusées ou les gens ayant vécu en Angleterre dans les années 90. J’ai tenté de contacter l’EFS pour avoir quelques réponses dans le weekend mais …silence radio)

 

Donner peut sauver une vie. Alors je donne. Donnez. Donnons. Mais ne cessons pas de revendiquer une égalité.

Publicités

10 Réponses to “Quand le don du sang devient excluant”

  1. moudubou 16/06/2014 à 10:35 #

    Bah dès que t’as des partenaires multiples, tu augmentes les risques, c’est évident. Après, pour moi qui suit marié et qui n’ait que des rapports non protégés, est-ce le même risque sachant qu’une personne sur deux tromperait son conjoint? Perso je suis pour la levée de l’interdiction aux couples homosexuels. Pour ceux qui partouzent, bof, bof. La capote, ça protège du sida, c’est déjà bien, mais y a un paquet de maladies dont ça ne protège pas du tout, du tout…

    • Mya0u 16/06/2014 à 14:36 #

      Tu n’augmentes pas plus les risques qu’en couchant avec un infidèle. La confiance aveugle c’est bien mignon, mais si ça marche pas avec les gens qui disent de protéger, ça marche pas avec ceux qui se disent fidèles ou qui disent que leur partenaire l’est.

  2. Mazelle 16/06/2014 à 11:45 #

    Je n’ai jamais compris cette interdiction… d’autant que le sang prélévé est analysé.
    En tant que lesbienne, je suis également obligée de mentir pour pouvoir le faire… et je trouve ça honteux.
    Le pire étant la façon dont ils disent ça : l’humiliation, et les clichés. Malgré le fait que je suis en couple depuis plusieurs années, le gars m’avait dit « ouais mais les homos, la drogue, les infidélités ». Tous les clichés y sont passés, mais en gros, il était inconcevable pour lui que ma femme ou moi soyons fidèles…
    Oui donc aucun hétéro n’est jamais infidèle ? Aucun hétéro n’a jamais pris de risque ? Aucun hétéro ne se drogue…
    Bref. Les clichés ont la vie dure

    • Mya0u 16/06/2014 à 14:35 #

      Exactement. Les clichés tuent. Cette image qu’iels ont des homo est affligeante de connerie.

  3. AnahAddict 16/06/2014 à 12:38 #

    Eh ouais je trouve pas ça normal cette distinction, encore et toujours ! Je connais des gens qui disent ‘ouais moi je donne pas mon sang c’est une institution homophobe » ce à quoi je répond « mais les gens qui ont besoin de sang n’y sont pour rien BORDEL DE MERDE ! »

    • Mya0u 16/06/2014 à 14:38 #

      Certes ils y sont pour rien, mais ça prouve le mal que peuvent faire des clichés pareils.

  4. Creepy 16/06/2014 à 14:18 #

    Je connais plus d’hétéro avec un penchant pour la drogue et les partouzes non protégées que d’homo ou de bi avec les mêmes loisirs. Mais ne tombons pas dans la stigmatisation inverse, c’est ridicule de restreindre le don du sang par rapport à l’orientation sexuelle. Pour les prises de risques c’est une autre histoire mais, encore une fois homosexualité ne rime pas avec « comportement a risque ». C’est débile.
    Note : Un jour on m’a dit qu’on pouvait pas donner son sang pendant un an après s’être fait tatouer, c’est vrai ?

    • Mya0u 16/06/2014 à 14:34 #

      C’est pas un an, je crois que c’est six mois mais oui c’est vrai, pour les piercings et autres modifs aussi a cause du risque de transmission par aiguilles

      • Creepy 16/06/2014 à 15:39 #

        Je trouve ça moins con, mais toujours un peu con, j’ai l’impression qu’on stigmatise une catégorie de la population…

  5. moudubou 16/06/2014 à 14:55 #

    4 mois pour les tatouages, voir le site du don du sang. 4 mois aussi pour les voyages dans les pays qui craignent (Inde, Afrique, etc.) et interdiction pour ceux ayant séjournés en Angleterre pendant l’épisode de vache folle ^_^
    Pour les risques et l’homosexualité, ces règles ont été décrétées à une époque où c’était bien le cas. Ça vaudrait le coup de refaire une étude de comportements, mais j’crois que ça foutrait en l’air le nombre de donneurs potentiels, alors personne ne fait rien…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :