Le travestissement

21 Avr

« Quand on porte une jupe, l’air passe entre les jambes »
(cf. monsieur japonais de Tracks)

Dans la norme normale un peu coincée du fondement, et occidentale (peut-être ailleurs aussi mais je suis pas experte mondiale), la femme de sexe féminin porte jupes et robes, courtes de préférence pour ces messieurs (sauf si elle est grosse, faut pas déconner), et pantalons pour la saison fraîche. Et pour ces messieurs de sexe masculin, pantalons plus ou moins « habillés », et shorts pour les chaudes journées d’été passées autour d’un cours d’eau, une glacière, un pack de 12, la vie est belle.
Les hommes aiment bien les jolies femmes en jupe un peu courte, surtout lorsqu’elles se baissent, et les femmes aiment les hommes bien beaux dans leur pantalon du dimanche. Et tout le monde est content.
Voilà, bonne journée, à la semaine prochaine !

Sauf qu’en fait, ce n’est pas aussi dichotomisé que ça. Les hommes aussi portent des jupes et des robes, et c’est chouette. C’est vrai, toute personne ayant déjà porté une robe sera d’accord pour dire que, quand même, on est vachement à l’aise dedans.
Mais alors ces mecs-là, qui portent des robes, qui sont-ils, ces pédés de travelos de merde, c’est dégueulasse, ce sont des malades, faut les soigner, merde !
Le travestissement ne va pas avec l’homosexualité, ni même avec le transsexualisme. Ça peut-être lié, mais ce n’est pas « un critère ».
Un mec peut aimer porter des jupes (en public ou en privé) sans avoir soudainement envie de forniquer avec d’autres hommes ni de devenir une femme. Ne mélangeons pas tout. (De même, tout gay ne se travestira pas pour ressembler à une femme et ne voudra pas en devenir une. Etc. Pas d’amalgame, merci!)

Donc les mecs en jupe.
Je ne parlerai pas des transsexuelles qui s’habillent « en femme », parce que c’est hors sujets. Elles s’habillent « en femme » parce que c’en sont. Point. (c’en sont, sans son, Sanson. Ahah. Putain.)

Mec en jupe. Top ! Écossais ! Avec son kilt en tartan, la classe écossaise, tout ça. (En vrai je sais pas du tout si c’est vraiment répandu, j’imagine que ça l’a été sinon on ne dirait pas ça d’eux, mais comme je connais approximativement zéro Ecossais, je sais pas.) Il n’empêche que la tradition qu’on entend, c’est kilt (pas jupe) et poutre apparente. L’air frais, j’imagine.

Ensuite, je pense tout de suite à mes folles années lycée, et mes beaux amis gothiques en longues jupes droites noires. C’était tellement la classe, et ils se sont tellement fait lyncher par le directeur et la CPE (faut dire qu’en plus certains se maquillaient. Fichtre ! (Je parle pas de gloss irisé à la cerise ni blush rose, mais plutôt khôl, khôl partout !) enfin bref, la direction, ellen’ aimait pas trop trop le club des gothiques pédé en jupe et maquillés. (Collés si ça se reproduisait, etc. Sympathique!)

Mais je pense qu’on sera d’accord pour dire qu’il ne s’agit, dans les deux cas, pas de travestissement. La définition iPhone dit : « travesti-e : se dit d’un homme qui se déguise en femme ou d’une femme qui se déguise en homme. » Je passerai sur le terme déguiser qui me gêne un peu (pour son côté carnaval) (iPhone est peut-être travestiphobe)
Homme habillé (/maquillé en femme) et vice-versa.
Je pense alors aux performeurs (et non perforateurs, iPhone de merde) merveilleux, plein de couleurs et paillettes. Eux sont (souvent) des hommes (pas forcément gays, ni trans) habillés et maquillés à outrance en femmes. Mais c’est du spectacle, la scène, les feux de la rampe et des projecteurs, le spectacle…ah merde j’ai déjà dit.

 

J’t’avoue, là, qu’en fait, cet article, il date de plusieurs mois, et que j’arrive pas à le finir.
Du coup, j’vais m’éloigner du sujet.

En fait, le travestissement, j’ai l’impression en tout cas, c’est surtout vu comme un monsieur qui s’habille en femme (parce qu’il aime, qu’il performe, ou autre raison perso, qui n’a pas son importance dans ce que je veux dire), et c’est tout. C’est une « transgression » de l’habillement habituel masculin. J’veux dire : un mec s’habille au rayon mec, et une fille au rayon fille, point. Sauf qu’en fait, y a pas de vraie raison que ça soit comme ça. Tu portes bien les vêtements que tu veux, non ? Colorés ou non, courts, moulants, amples et qui couvrent tout ton corps, etc. (J’te raconte pas le nombre de fois où on m’a saoulée parce que gnagna j’porte que du noir gnagna tu serais mieux avec des couleurs tagueule.) Tu portes une robe, parce que tu es bien dedans, tu portes des pantalons parce que tu es bien dedans, et c’est tout. J’vais radoter, mais quand j’étais au lycée et que mon ami portait une jupe, ça m’a jamais traversé l’esprit que ça pouvait être « différent » voire « anormal » (berk normal, caca prout) pour un mec de sexe masculin de porter un vêtement « de fille ». (Ouais bon, certes, il portait pas une minijupe du rayon meuf de Zara, c’était une jupe pour homme) En fait je trouvais juste ça cool. J’dois dire que j’étais ‘un peu’ amourachée, on va dire ça comme ça, ça a aidé je pense. Après, je me connais, je sais que je suis quelqu’un d’ouvert. Je juge énormément les gens dans ma tête, sûrement parce qu’on m’a énormément jugée à haute voix. Mais ça va pas plus loin, et clairement, tout ce qui dépasse ne serait-ce qu’un peu de ce que la plèbe appelle la normalité ne me dérange pas, jamais. (Sauf si c’est illégal, dégradant et compagnie.)

Et j’ai pas de conclusion non plus. L’article décousu puissance mille.

T’en penses quoi lecteurounet ? M’sieur, ça te tente une robe, c’t’été ?
Keur sur toi.
Nina.

Publicités

Une Réponse to “Le travestissement”

  1. amoetodileblog 21/04/2014 à 13:07 #

    Intéressant comme sujet… historiquement de toute façon c’est le format robe qui prédomine, pour les hommes comme pour les femmes. L’ancêtre du pantalon (les braies), c’est une invention celte, alors pour le bon peuple romano-méditerannéen, le vêtement en bas, c’est un attribut de barbare. Mais il se trouve que c’est quand même bien pratique, alors finalement très vite ils l’ont aussi adopté. Jusqu’à la fin du Moyen Age, même si les hommes portent le vêtement du bas, les vêtements du hauts restent long (de mi-cuisse jusqu’au pied, selon combien t’as de sous à investir dans du tissu); Finalement dans l’histoire de l’humanité la « sexualisation » du vêtement est très récente (XVème siècle).
    Pour ma part chacun met ce qu’il veut, tant qu’on m’impose pas ce que je dois mettre. Je préfère même croiser un homme en robe ou jupe, plutôt que de croiser un homme torse nu.
    Par contre je trouve un peu ridicule les mecs qui portent des jupes ou des robes qui ont clairement été réalisées dans le but de mettre en valeur le corps féminin. Je suis sur qu’on peut créer des modèles de robes ou de jupes adaptées au corps masculin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :