Qui sommes-nous pour décider ?

2 Avr

Boobizziennes, Boobizziens, je m’interroge.

Sous prétexte d’un âge adulte plus ou moins avancé, d’une sagesse de je ne sais d’où, de responsabilité parentale, nous, adultes référents, nous croyons capables de décider pour un enfant.

Je ne parle pas de décider pour le gamin de lui mettre un pull parce qu’il fait froid, de choisir ce qu’il doit manger ou ce qu’il doit apprendre (encore que là aussi on pourrait quand même tenir compte de son avis, mais bon). Non, je parle de choix qui vont possiblement (je prends des pincettes bicoz je suis pas directement concernée) changer sa vie. Voire le traumatiser .

Ces choix, on a toujours une raison de les faire. Pour une religion. Pour un mode de vie. Pour une manière de penser. On trouvera toujours des raisons de valider ce choix qu’on prend pour une autre personne sous prétexte qu’on l’élève ou qu’on l’a pondu. Et moi ça me chiffonne.

Ces choix, que personnellement je vois comme de la mutilation, on les fait à un âge où l’enfant n’a pas son mot à dire. C’est-à-dire quand il est bébé, quand il ne peut pas s’exprimer par des mots clairs ou quand on estime que sa parole n’a pas valeur face aux grands sages que nous sommes.

Ces choix, c’est l’excision. C’est la circoncision. C’est choisir le sexe d’un enfant qui naît avec les deux sexes. Ces choix sont soi-disant pour le bien de l’enfant. Ces choix sont pris sans tenir compte ni de l’avis, ni de la vie, ni de l’envie, ni de l’avenir possible de l’enfant.

Alors on décide qu’une enfant n’a pas à être « salie » par la sexualité et/ou par l’ « appendice masculin » qu’est le clitoris (sachant qu’on coupe également les petites et grandes lèvres, voire qu’on « coud » la vulve de la fillette.) Alors on décide qu’un enfant n’a pas à avoir de petit capuchon de peau pour des questions d’hygiène ou de religion. Alors on décide que l’enfant sera un garçon. Ou une fille. Sans vraiment savoir ce que lui-elle sera, au final, tant dans sa tête que dans son corps.

Qui sommes-nous pour décider à la place d’un autre être humain de ce que son corps doit être, de ce à quoi son corps doit ressembler sous couvert d’une norme?

On se bat contre l’excision parce que nous, Ô Grands Intellectuels Occidentaux, trouvons horrible de mutiler des jeunes filles. Et oui je trouve ça horrible aussi. Mais ces mêmes Ô Grands Intellectuels Occidentaux ne sont pas traumatisés de circoncire un môme ou d’en choisir le sexe.  Y a deux poids deux mesures. Tout simplement parce que si l’excision ne fait pas partie des us et coutumes occidentales, la circoncision et le choix du sexe d’un enfant sont déjà plus courants. Donc c’est normal. Ça n’empêche aucun toubib de dormir. Cool.

Je n’ai pas d’enfant. Je ne connais pas de personne née avec les deux sexes et je n’ai jamais parlé de leur circoncision au peu de circoncis que j’ai croisés, mais quand même, ça me questionne tout ça. Du coup, je veux bien ton avis éclairé ou non sur la question.

Bises.
Mya0u

Publicités

Une Réponse to “Qui sommes-nous pour décider ?”

  1. moudubou 02/04/2014 à 10:03 #

    Clair, on décide à leur place, et ensuite, ils se retrouvent à s’auto-enculer et poster la vidéo sur youtube, mais où va le monde, je vous jure! ;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :