J’ai peur.

17 Fév

J’ai peur des gens, parce qu’ils sont stupides et violents. Parce qu’ils sont plein de haine et de violence. Je n’aime pas les humains principalement pour ces raisons. Je me retrouve très rarement en eux et ils ne m’intéressent pas. Je n’en côtoie quasiment aucun et je ne m’en porte pas si mal. Je suis juste navrée de voir que la grande majorité de ceux que j’ai pu côtoyer ne s’intéressent pas à moi, ou à mes problèmes, et ne font rien pour m’aider lorsque j’ai (rarement) besoin de quelqu’un d’autre que de mon chat.
C’est marrant, mon chat est presque devenu la seule présence vivante autour de moi, et il est le premier être vivant dans ma liste psychique des vivants auxquels je tiens.
Les humains ont un don pour rater les choses, pour décevoir aussi. Je n’attends presque plus rien des humains, exception faite de quelques rares, et encore, mes attentes sont faibles. J’ai compris jeune que l’humain n’était pas fait pour moi. Ou peut-être, que je n’étais pas faite pour lui.
Mais bien plus que ça, il me fait peur. J’aime être dans mon cocon, chez moi, seule et tranquille. J’ai peur de la foule qui bouge lentement et bruyamment hors de mon contrôle. J’ai peur des gens qui me parlent et me touchent sans y avoir été clairement invités. J’ai peur des actions des gens en ma présence. J’ai peur des gens qui décident pour moi ce qui devrait être bien pour moi et ma vie. J’ai peur des gens qui ne comprennent pas que j’ai peur d’eux pour ce qu’ils sont, humains incontrôlables et stupides. J’ai peur des gens qui haïssent des groupes d’autres gens simplement parce qu’ils sont différents d’eux. J’ai peur des gens parce qu’ils sont méchants et violents envers les autres.
J’ai peur lorsqu’on s’approche de moi un peu trop vite, même si je te connais depuis longtemps. J’ai peur qu’on me touche. J’ai peur lorsqu’on me regarde dans la rue. J’ai peur lorsqu’on me demande quelque chose dans la rue ou dans un magasin (je sais pas pourquoi, les petits vieux adorent me demander des trucs sur les produits laitiers que je ne connais pas). J’ai peur lorsqu’on s’approche de mon chat, ou bien de mes affaires. J’ai peur quand on touche mes affaires chez moi, qu’on dérange et qu’on bouge mes choses.
J’ai peur du bruit la nuit. J’ai peur quand on frappe à ma porte alors qu’aucune visite n’est prévue, même si c’est le gentil livreur qui m’apporte un colis. (J’ai la chance d’être dans un immeuble à code. Code que personne n’a ou ne retient.) J’ai peur lorsqu’on me téléphone.
J’ai peur de ne pas arriver à contrôler les choses dans ma vie. Et je n’y arrive pas. J’ai peur de rater les choses. J’ai peur de l’échec et de la perfection. J’ai peur de la solitude et de la compagnie de l’humain.
J’ai peur de l’imprévu et de l’imprévisible.

Humain, je te hais.
Cordialement,
NinAnthea

146441232

Publicités

3 Réponses to “J’ai peur.”

  1. Kakao 17/02/2014 à 14:46 #

    Ce qui me fait peur moi, c’est de me reconnaître dans tes dires. J’ai toujours considéré ça comme un « problème » et je n’accepte toujours pas cette partie de moi qui est « différente » et repousse (et répugne) les « autres », les « humains ».
    ça m’intéresserait de savoir comment tu le vis…

  2. Hipss 17/02/2014 à 19:29 #

    Punaise Nina tu lèves un truc super intéressant là (comme d’habitude de toute façon, fiiiiin bref ^^).
    Je suis bien d’accord l’humain (oui sans H majuscule car il n’en vaut pas la peine) est désolant, la pire chose qu’il soit arrivé sur cette planète. On est rien qu’un cancer qui détruit tout ce qui touche, je déteste ce que l’on est, le pourquoi qui fait que nous sommes là (pour vivre une vie ou il faut gagner des bouts de papiers pour survivre dans un monde qui ne laisse aucun répit à ceux qui sont différents ou ceux qui se sentent différents mais bon ça part sur un autre débat …) , j’ai peur et je déteste les gens qui ne supporte pas les différence qui critique et détruisent des vies car les violences physiques font mal mais celles psychologique sont encore pire …) en bref l’être humain, l’humanité est une absurdité …

  3. Jesus 17/02/2014 à 19:30 #

    « Dans les sociétés occidentales, écrit le philosophe Alain Brossat, la croissance du paradigme immunitaire tend à se développer en véritable phobie du toucher, du contact. »

    Philosophie du fil de fer barbelé (août 2013, en accès libre)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2013/08/RAZAC/49559

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :