Les femmes < les chats.

10 Fév

Derrière ce titre se cache un fait d’actualité qui pourtant ne surprend personne. Mais également une constatation judiciaire : lorsque la victime est un chaton-mignon, c’est plus grave. Les faits sont : un mec a maltraité un chat, il s’est filmé et l’a balancé sur internet (et apparemment c’est de la récidive). Il prend un an ferme. Certes, maltraiter un chat c’est mal, on ne va pas revenir là-dessus, ça me paraît logique qu’on ne maltraite pas son chat. Sauf que. Qu’en est-il, déjà, de tous les autres animaux « de consommation », élevés en batterie, gavés, maltraités, mutilés et tués à la chaîne de façon plus que barbare ? La réponse, c’est que la société s’en branle totalement (dans sa généralité, je ne nie pas les gens qui militent, les végans, etc.). Mais au-delà de la maltraitance sur animaux, cette condamnation express à de la prison ferme pose un autre problème. Celui des condamnations pour violences envers les femmes, non que, en effet, je nie absolument les autres violences, faites aux trans* par exemple, mais je vais parler là de quelque chose que je connais, je ne connais pas de personne condamnée pour violence envers un-e trans*. Alors que j’ai parmi mes proches quelqu’un qui s’est fait violenter par son compagnon et qui fait de la prison pour ça (le compagnon, hein). Frapper sa compagne, c’est, « au mieux », six mois ferme. Alors, oui, le type a récidivé en matière de maltraitance du chat (ou de l’animal en général je sais pas), mais tout de même… C’est un peu excessif un an, non ? Je suis sûre qu’il y a des personnes qui me lisent qui pensent du fond de leur cerveau que la prison, c’est bien, c’est la solution pour les criminels. Personnellement, je ne pense pas. Mon sujet n’est pas les conditions d’incarcération, mais il semble toujours bon de rappeler que les prisons sont surpeuplées(1), et non, « vivre » à 3 dans 10m2 c’est tout sauf humain, même pour un violeur d’enfant ou un tueur en série. Hé oui, ces personnes, même après avoir commis des actes terribles restent des humains. Je sais, c’est fou ! Sans oublier également que les différents criminels sont mélangés, du mec violent qui a battu à mort plusieurs personnes au mec qui a maltraité un chat… Je suis sûre qu’il en sortira avec plein de nouvelles idées.

Le véritable problème selon moi, et je ne suis évidemment pas la seule, ce n’est pas ce type qui balance son chat contre un mur mais la difficulté qu’ont les personnes violées à faire condamner leur-s violeur-s et/ou maltraitant-s (et ça marche aussi au féminin, oui, mais c’est plus rare.) Déjà, simplement, le jour où la question « tu es sûr-e d’avoir été violé-e ? » ne sera plus posée, on aura fait un grand pas. Posée par les « proches », mais surtout par les flics, en mode « Mais vous n’avez pas l’air traumatisée tant que ça, vous êtes sûre d’avoir été violée ? », etc. Je ne comprends pas qu’on puisse remettre en question une accusation comme ça et encore moins devant la victime. Ca finit souvent par une inversion des rôles. La victime devient coupable de ci ou ça. De passer dans une petite rue d’un quartier un peu nul. D’avoir bu. D’être habillée « féminin +++ ». De ne pas s’être débattue. Etc. Etc.

Je ne comprends pas bien pourquoi un pauvre con qui balance son chat contre un mur et qui le montre sur Internet devrait être jugé « en urgence », juste parce que son crime est médiatisé (Internet, quelle merveilleuse plateforme d’informations…)  Bien sûr, je ne dis pas qu’il ne devrait pas être condamné pour ça. Maltraiter un animal c’est illégal. Mais je pense que ce n’est pas aussi urgent que d’autres affaires plus graves. Mais bon, c’est comme ça que fonctionne notre société. Les faits divers. Il faut absolument en parler. Sait-on jamais, si une information réellement importante passe, ça sera le bordel à gérer.

Ce qui m’énerve, en fait, c’est pas tant toute cette merde autour de ce mec, là. Mais tous ces gens qui ont « manifesté » pour le pauvre petit chat, alors qu’ils ne lèveraient pas le petit doigt s’il s’agissait d’un viol. Personnellement ça me fout un peu la gerbe. Mais bon, les femmes, les trans*, les pédégouinequeer, tout ça, c’est vachement moins mignon qu’un chat. Faut pas abuser non plus. Et pourtant, j’aime pas les humains, mais genre vraiment pas.
Humains, vous me dégoûtez.

Cordialement.
NinAnthea

(1) En juillet 2013, la capacité d’accueil des 191 prisons françaises était de 57 320 places. Un total de 68 569 détenus y étaient incarcérés.

Publicités

Une Réponse to “Les femmes < les chats.”

  1. moudubou 10/02/2014 à 10:24 #

    C’était pas un chat, c’était un chaton.
    Repense à l’argumentaire de ton article avec un viol d’enfant et la réaction de la population (voir de la population carcérale)
    T’as pas du tout les mêmes réactions.
    En gros, le chaton, l’enfant, ne peuvent pas se défendre. C’est un raccourci simpliste, mais l’idée est là.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :