Archive | février, 2014

Embrasser, c’est coucher ?

28 Fév

C’est la question que je me suis posée ce matin…

Après une très bonne soirée en compagnie de Paul et de deux de ses amis, il m’a présenté Sébastien un garçon qu’il a rencontré dans un bar il y a de ça quelques jours. Quand Paul m’a envoyé un message me disant qu’un ami à lui allait nous rejoindre à cette soirée, je me suis dit “n’essaierait il pas de faire un rendez vous arrangé ?” j’ai eu confirmation au message d’après avec une description de Sébastien qui me paraissait fort bien intéressante.

C’est donc le côté avenant de Paul qui l’avait poussé à aller vers Sébastien qui était attablé seul, voulant rencontrer de nouvelles personnes sur Paris.

Paul me l’a présenté comme un beau gosse, célibataire, blond aux yeux bleus, et s’est forcément dit qu’il serait intéressant que l’on se rencontre.

La soirée se passe bien, il est curieux, intéressant, et oui plutôt pas mal ! Il y a eu quelques contacts physiques, discrets une main dans le dos, deux mains qui se frôlent, mais rien de plus.

Après un after chez Paul, Sébastien propose de me raccompagner, après un coup de pouce de Paul disant “hey toi tu habites par là et toi par là” montrant les deux côtés opposés.

C’est alors que dans la rue, le bras autour de mes épaules, nous marchons en direction de chez moi, C’est alors qu’il m’embrassa, avait il seulement si il me plaisait ou c’était vraiment “je me lance et je vois ?” bon je dois l’avouer, ça a marché. Il voulait aller chez moi, et non pas juste pour voir la couleur des rideaux.

Donc je me suis posée la question au petit matin, est ce qu’embrasser est l’autorisation pour coucher ?

Il est vrai que le temps des bisous comme ça est très loin, et qu’on a plus 15 ans, mais est ce qu’il faut forcément se précipiter ?

J’ai cette impression qu’à notre âge, embrasser autorise à coucher. Bien sûr ce n’est pas le cas de tous les hommes rencontrés, mais dans le domaine de la soirée si tu m’embrasses c’est que tu veux coucher. Et PAF! Ça fait un ONS (One Night Stand, ou coup d’un soir chez nos amis francophones)

Il va falloir passer au “non désolée je n’embrasse pas le premier soir” ? Simplement être plus ferme pour le “non merci, tu ne monteras pas voir si ma tapisserie est assortie aux rideaux” ?

Malgré l’excitation provoquée par ses premiers baisers, l’homme lui comprends bien vite qu’il pourra baiser. J’aimerai parfois retrouver ces baisers simples, la patience, l’envie d’aller plus loin mais le désir d’attendre, de laisser monter l’excitation.  Mais pour cela il ne faut pas rencontrer quelqu’un en soirée, mais plutôt en journée autour d’un café, même si le café pourra toujours se transformer en soirée.

Bref, je crois que je suis romantique finalement, que je suis nostalgique et que j’aime ses moments de complicité, les regards échangés, les gestes discrets et quand chacun a le courage de se lancer après plusieurs jours et non plusieurs dizaines de minutes.

Enfin, ne dit on pas que pour trouver le prince charmant il faut embrasser plusieurs crapauds ? (No offense)

Publicités

Cougar je suis, je l’étais et je le reste

26 Fév

T’as reconnu l’inspi Stromae ou pas ?

Ouais, donc voilà, j’avoue, j’ai une tendance à aimer les petits jeunes. Je suis pas une « vraie cougar » bicôz j’ui pas encore assez vieille , et du coup l’écart d’âge est restreint, mais voilà, j’aime bien.

Bon, j’ai 28 ans, et je tape pas chez les mineurs, donc ça limite hein, mais quand même. J’ai eu du vieux mais non, j’aime bien quand ils sont plus jeunes. Alors, je te vois venir, non, c’est pas parce que j’ai des élans de maternité et que du coup je les couve comme des mômes. Non. Moi ce que j’aime c’est leur fraîcheur, leur côté je-m’en-foutiste… leur jeunesse quoi ! Ils ont encore un côté innocent, irresponsable, immature, et c’est ce que j’aime. Parce que ça, moi, je l’ai plus depuis belle lurette (suffit de voir cette expression des années 20 que je viens d’utiliser). Moi je suis plutôt une angoissée de la vie, comptant déjà sa retraite, avec des préoccupations d’adulte même si j’en veux pas… Et moi, mon vrai moi j’entends, pas celui que la société m’oblige à être, bah moi je suis un enfant perdu, moi je suis une pote à Peter Pan, mes potes sont tous plus jeunes que moi, justement pour ça. En même temps, je reconnais qu’il faut bien grandir un jour, donc je me laisse porter par la maturité de mes pairs et j’avance parce qu’il le faut, mais ça, mon couple (ou peu importe ce que c’est) je le veux frais.

J’ai pas d’attrait pour les performances sexuelles des plus jeunes, y a pas assez de différence d’années pour oser dire que je suis mature sexuellement et eux de vrais puceaux, non, vraiment, tout est dans la tête, dans leur comportement…

Oui, je me retourne sur un baggy/casquette, ça veut pas dire que j’aime pas les costards/cravate. C’est juste que… bah c’est pas pareil. J’aime les mecs classes, c’est sûr, mais gère en skate et t’as mon admiration. Ça marche aussi pour la guitare. J’adore les musiciens, note-le. Ouais, moi j’adore les soirées posées à l’arrache où on parle de musique, de films, de BD, de jeux vidéos, de tattoo ou je ne sais quoi autour d’une bière (que je ne bois pas), mais parlez-moi  de la dernière pièce de théâtre autour d’une bouteille de rouge/camembert et je suis déjà loin. . Mais j’aimerais bien aller à l’opéra. En fait, j’ai 28 ans. Cet âge entre deux mondes. Je vais pas dire que je suis entre l’ado et l’adulte parce que, bon, j’ai quitté le lycée y a dix ans quand même hein, mais entre la jeune adulte et la femme. Et ça me fait flipper. Alors…

Bon, après je t’avoue aussi que mes frangins ont 18 ans, donc forcément ils déteignent un peu sur mon comportement parce qu’on parle, on fait des blagues de merde, on écoute la même musique, on regarde les mêmes films/séries et tout simplement parce que j’ui mieux à parler avec eux de la vie qu’avec des vieux déjà aigris.

Bref, je suis pas une cougar, j’ui une gamine (mais lâche ton numéro sinon hein… avec une photo… on peut négo vite fait…)

Des bises !
Mya0u

L’inaccessible

24 Fév

Je sais que je ne suis pas la seule.

Je suis joueuse. J’aime ce qui est dangereux. Oh je ne joue pas avec la flamme d’un briquet ou avec un couteau, je ne m’amuse pas à traverser les rails devant un train ou à sauter d’une fenêtre. Non, moi je me brûle au feu de la passion (c’est beau ça non?).

Ça veut dire que moi, j’aime l’inaccessible. Je le fais pas exprès. Pas consciemment en tout cas. Mais dès que je m’entiche d’une personne (expression du XIXeme siècle bonjour!) c’est TOUJOURS de quelqu’un d’intouchable. Y a différents degrés d’intouchabilité, différentes raisons. Mais c’est comme ça ! Les hommes en couple, les hommes plus vieux, les collègues de taff qu’on devrait même pas regarder, la fille hétéro 100% qu’on se voit bien détourner etc. Je sais pas d’où ça vient.

Si j’avais le courage de me psychanalyser je vous dirais bien que c’est pour me conforter dans l’échec permanent de ma vie amoureuse, mais bon…

Mes potes pensent que c’est par défis, sorte de chalenge que je me lance à moi-même, histoire de me prouver que je peux détourner n’importe qui. Enfin, je vous avoue que je ne retire pas de fierté à détourner un homme marié (par contre j’avoue que l’hétérote, si, clairement, je bombe le torse après. Pardon hein).

En fait, je dois juste aimer me ramasser la gueule, parce que, soyons honnêtes, si un inaccessible cède, ce sera pas pour partir vivre d’amour et d’eau fraîche à mes côtes. Je resterais la passade, l’erreur de parcours, le coup d’un soir qui ne mérite pas qu’on se retourne le crâne dessus pendant des jours. Je serais pas l’obsession des nuits de l’intouchable alors qu’il sera sûrement les miennes pendant un temps plus ou moins long. Jusqu’à ce que je le rende accessible. Ou jusqu’à ce que je me lasse.

A prendre toujours les choses comme un jeu, on finit toujours par perdre. J’en ai bien conscience. Ces gens-là ne seront pas ceux qui partageront ma vie, mon quotidien, ils ne seront que des souvenirs qui me tiendront chaud mes soirs de solitude.

Mya0u

inacessible

Les présentations

21 Fév

C’est sérieux avec ton chum et ta blonde et tu te dis qu’il est peut-être temps de le présenter à tes amis et/ou à ta famille. C’est un peu un moment hyper stressant et décisif de la relation.

Généralement, on ne présente pas n’importe qui à sa famille, j’entends par là le gars rencontré la veille, le coup d’un soir, le plan cul, ou bien le gars avec qui on est depuis une semaine.
On essaie de présenter quelqu’un avec qui c’est sérieux, oui parce qu’ ensuite votre famille mettra un nom sur votre moitié, qui jusqu’alors portait juste le nom de « ton jules », « tes amours », « ton copain », « ta copine » et va forcément vous en parler assez souvent…

A table (oui souvent, repas de famille, tant qu’à faire !) il y aura sûrement des questions « tu fais quoi dans la vie ? et tes parents ils font quoi ? tu habites où ? tu fais des études de … pour faire quoi plus tard ? » le questionnaire du FBI un peu basique même si vos parents vous ont déjà posé ces mêmes questions auparavant.
Etre en face ce n’est pas forcément très drôle non plus, une fois la mère d’un ex nous a invité tous les deux pour un anniversaire, finalement il y avait aussi ses frères, les copines des frères, les grands-parents (des deux côtés, sinon ce n’est pas drôle), et la marraine. J’ai pensé ça très fort (oui je reste geek), c’était l’angoisse, tellement que j’ai fait un début de crise d’angoisse et j’ai du sortir de table…pendant tout le repas.

Donc généralement, vous vous en doutez,  je préfère l’atmosphère détendue, et le petit comité, ou du moins… qu’on prévienne avant.

Mais pour moi, le plus important, est la rencontre avec les amis.
Oui, tes amis, ceux qui se rappellent encore de tes maux, de tes ex, de tes erreurs (parfois c’est synonyme d’ex, ça dépend), eux ne sont pas comme la famille et ne laisseront rien passer (ou c’est juste parce que j’ai des amis qui me veulent du bien et parce qu’ils savent que j’ai souvent m*rdé.) Donc je ne présente pas tout le monde à mes amis, il y a des ex que mes parents ont vus mais que mes amis n’ont pas vus.
Les amis  savent déjà presque tout de votre relation, la rencontre, comment ça se passe, les qualités, comme les défauts, et surtout ils vont juger et jauger votre moitié.
Ils ont l’air sympa comme ça à rigoler avec, à poser des petites questions par-ci par-là, à parler séries, ciné, bouffe, mais en fait… ILS TESTENT !

Oui de cette façon ils voient si vos goûts correspondent, ils étudient aussi le langage corporel, les fringues, s’ il paye pour le ciné, tout. Et si ta moitié a le malheur de sortir fumer ou d’ aller aux toilettes c’est le moment où les regards se tournent vers toi et que tu entends un « alooooorrs… » et là généralement il y a « vous vous êtes rencontrés… » « tu fais quoi déjà dans la vie ? Il nous a dit que… »
Vous l’avez compris, ce sont les 5 minutes d’interrogatoire !
Bon si vous avez réussi à gagner assez de points avant que votre moitié ne soit partie, vous n’aurez pas trop de questions gênantes.
Forcément, si c’est votre moitié qui va fumer ou qui va aux toilettes, vous en profitez forcément pour dire à vos amis « alors vous en pensez quoi ? » c’est le moment où vous verrez aussi l’honnêteté de vos amis, mais généralement, vous aurez sûrement les adjectifs « sympa, cool, gentil… »

Si vous avez tous les deux survécu, c’est bon signe ! Sachez que vos amis vont plus se prononcer dès qu’il y aura de l’eau dans le gaz entre vous et que vous leur en parlerez, là par contre vous entendrez peut-être « je voulais pas te le dire avant mais je trouve que… » « non, il est pas fait pour toi » « je le savais il avait l’air d’un con. »

En bref les présentations, c’est un peu « un big deal », essayez de ne pas vous prendre la tête et dîtes-vous que c’est pour passer un bon moment et pour présenter une personne que vous appréciez à vos amis ou votre famille, ce n’est pas comme si votre vie en dépendait…quoi que….

Alors, une expérience à raconter ? 

Bonne à baiser ou à marier ?

19 Fév

Je vais parler au féminin, parce que je suis une femme (déjà) et parce que je l’ai toujours entendu à propos de mes consœurs, et non à l’égard des hommes.

On connaît tous, je pense, le mythe qui dit qu’une femme doit être la mère et la putain. Autrement dit, être l’épouse idéale le jour, et l’amante rêvée la nuit. Si toi, femme, tu n’es pas comme ça, alors tu n’es pas la femme idéale, navrée.

Mais voilà, si tu es juste un super coup au plumard (et dis-toi que c’est déjà bien), tu fais partie des connasses juste bonnes à sauter. Autrement dit, on passe une nuit avec toi, pas sa vie. Genre, t’es le trou le plus génial de la planète, mais on te sortira jamais, tu rencontreras jamais ses parents, ni même ses potes, t’es pas une honte pour lui mais presque quoi.

A côté de ça, tu as l’opposé, celle qui est « bonne à marier ». C’est-à-dire la femme top qui fait bien à manger, qui s’occupe de son mâle, qui sait tenir une maison, s’occuper des mômes, gérer les courses, etc.

Bref.

Moi, par exemple, je suis bonne à baiser, c’est tout. C’est con parce que j’ai déjà été mariée et je gère bien le côté bobonne dont je parlais plus haut, mais bon… Non, c’est pas moi qui dis ça hein, on me l’a sorti, j’ai bien apprécié tu t’en doutes. Je sais pas d’où ça vient … Je vois pas ce qui fait que, mais bon… Tant pis. Je vais juste passer ma vie toute seule quoi. Entre deux coups de bites, donc.

Bon, je vais être positive, on m’a aussi dit le contraire, mais bizarrement, on m’a aussi vite prouvé l’inverse. Ah c’est ballot.

Et toi, alors, t’es quoi ?

Des bises,
Mya0u

%d blogueurs aiment cette page :