Moi, je ne baise pas !

22 Jan

L’abstinence. Parlons-en !

Qu’on  soit bien clair, y a deux types d’abstinence :
1. La voulue
2. La subie

Je vais surtout te parler de la première parce que c’était mon cas, puis de quelle manière ça peut vite devenir la seconde.

Tu comprends, quand l’ex et moi on s’est séparés, je me suis dit que ce serait une bonne idée de faire une pause tant sentimentale que sexuelle, histoire de repartir sur des bases saines (je te dirai après pourquoi le « bases saines » m’a fait rire).

Je sais pas trop si c’était pour prouver aux autres (l’ex et mes potes) ou à moi-même que je pouvais tout à fait me passer de sexe (alors qu’apparemment c’est pas trop mon style hein), ou si j’avais un réel objectif inconscient, mais toujours est-il que voilà. Abstinence. Pendant presque 2 ans (si toi aussi tu es tombé de ta chaise, partage cet article!).

Comprends-moi bien, à la base j’avais pas prévu de faire ceinture aussi longtemps. Pas du tout même! Sauf que voilà, tu te laisses vite prendre au jeu, à la base je voulais pas de plan cul,  je voulais me concentrer sur moi-même, j’ai repoussé tous ceux qui ont pu un tant soit peu être intéressés par ma personne, et puis… Les jours passent, les semaines, les mois et là tu te demandes si un jour tu vas te prendre un coup de rein ou si c’est fini pour toujours, parce que tu commences un peu à baliser… Je vais pas te mentir, la seule fois où j’étais apte à passer au-delà de mon stress je me suis mangée un méga rateau (Mike si tu me lis, oui je t’en veux toujours). Bref. Au bout d’un moment t’anticipes tellement que t’es plus foutue de rien. Et là c’est la merde, parce que ton abstinence, clairement, tu la subis, tu ne la choisis plus.

La trouille, tu l’as de tous les côtés. Tu sais plus draguer, tu vois plus quand on te drague, t’as juste la sensation d’être un putain de boudin donc niveau confiance en toi c’est la merde.
Et quand par magie t’as quelqu’un qui s’y colle (note le désespoir dans mes lignes), t’es tellement stressée que tu fais de la merde (Voilà. Si t’avais un doute, je crois que même à ma première fois j’étais plus confianteslashdouée). Donc le mythe du « c’est comme le vélo ça s’oublie pas », y a que tes potes pour te dire ça, pour te rassurer, mais en vrai, passé un certain temps, t’es juste vierge quoi ! (D’où le « bases saines » qui m’a fait rire, clairement mes bases, elles, sont pas saines, elles sont mortes!).

Le truc c’est que ça vire vite à l’obsession. Parce que, déjà, t’as un peu la dalle … Tout devient un potentiel à se mettre sous la dent limite (et quand t’as un site comme Boobizz, je t’assure que c’est dur de pas voir du cul PARTOUT), et puis les autres t’en parlent aussi ! Ça devient un sujet super drôle (allez-y, marrez-vous, je m’en souviendrai !) ou alors t’es une sorte de curiosité, ils y vont tous à coup de « mais comment tu fais? » bah je fais, connasse, c’est pas comme si j’avais le choix (enfin, si, un peu, mais quand même !).

Alors, ça apporte quoi 22 mois d’abstinence ?
– Tu te rends compte que tu restes obsédée, ça, ça change pas.
– Tu vois aussi que tu peux très bien vivre sans sexe (mets-toi au macramé !)
– Tu découvres que pour la majorité des gens t’es un bout de steak, et que si tu baises pas, t’intéresses vachement moins.
Tu détestes encore plus les couples et toutes les niaiseries qui vont avec (et t’es un peu jalouse aussi)
Tu comprends pas les gens en couple qui baisent pas.

Mais surtout je me suis rendue compte que tant qu’on ne s’aime pas soi-même, qu’on ne s’accepte pas en tant que personne, on aura jamais rien de tel en retour (et par là même, j’ai découvert que je me suffisais largement à moi-même et qu’avant j’avais tendance à m’encombrer de gens inutiles). J’ai aussi appris à changer pour moi-même et pas pour plaire aux autres, du coup, je pense qu’aux yeux des autres je suis devenue une chieuse pire qu’avant, mais j’ai au moins le mérite de pouvoir dire que c’est moi, entièrement moi, complètement moi : chiante.

Alors, qui veut tester l’abstinence à long terme ? Qui l’a déjà fait ? Vous vous en sentez capable ? Qu’est-ce que ça vous a apporté ? Bref, lâchez-vous, les comm’ sont là pour ça !

C'est pour illustrer le côté "je fais ceinture"!

C’est pour illustrer le côté « je fais ceinture »!

Des bises,
Mya0u

Publicités

3 Réponses to “Moi, je ne baise pas !”

  1. moudubou 22/01/2014 à 10:22 #

    Tu baises pas, tu baises pas. T’avais quand même pas mis la masturbation de côté quand même? Parce que bon, ok ça manque (j’ai eu aussi mes périodes d’abstinence subie/voulue) mais la masturbation permet quand même de se faire plaisir, même si, évidemment, ce n’est pas du tout pareil.
    Pour ma part, quand je me suis mis en tête de trouver ma femme, plutôt que des copines avec qui ça ne pouvait que foirer, j’ai mis le sexe en marge. S’intéresser à elle pour tout autre chose que le sexe. Et j’ai fini par la rencontrer. Quand on fait l’amour, depuis le premier jour jusqu’à aujourd’hui, si j’ai toujours cette furieuse envie de tremper mon gourdin, c’est secondaire dans notre relation, car elle est basé sur autre chose que du sexe.

  2. Lilith 22/01/2014 à 12:16 #

    Je pensais justement à écrire quelque chose sur le sujet :)
    Moi aussi après l’ex, j’ai décidé de faire abstinence. De 1 parce que j’étais toute cassée et que je voulais pas me faire avoir pas un autre abruti tout de suite. De 2 parce que j’avais pas envie de dépendre de quelqu’un, je voulais faire les choses pour moi. Mais surtout je voulais pas m’offrir (si on peut dire ça comme ça, c’est plutôt dans le sens sexe et sentiment pas que sexe) à n’importe qui.
    Alors forcément, au début l’abstinence c’est bien. Mais rapidement, j’ai décidé de chercher un mec, et comme j’avais rencontré l’ex sur internet, et qu’il m’avait coupé de toutes mes amies (donc pour qu’on te présente des mecs bof quoi), j’ai fait pareil : j’ai cherché sur Internet. Finalement, j’ai rencontré personne et vite lâché l’affaire : j’étais pas prête à me relancer dans quoi que ce soit. Ni sentimentalement ni sexuellement parlant.
    Après je suis partie de Lyon où je faisais mes études pour passer deux ans dans une ville nulle au milieu de la France où je ne connaissais personne. On était 15 dans ma classe : 1 mec. Voilà, tu vois le topo non ?
    Ca faisait un an que j’étais seule et que je me re-virginisais (LOL) mais j’aurai, je pense, pu me taper un mec à qui je plaisais mais qui ne me plaisais pas. Baiser pour baiser, avec quelqu’un qui ne te plait pas physiquement, non merci. Bref.

    L’abstinence c’est bien. Ca m’a permis de « guérir ». Et surtout de me connecter avec moi-même. De me réconcilier avec moi-même aussi.
    Le seul problème avec l’abstinence choisie puis subie (certes, t’as tes mains et des sextoys à disposition, mais quand t’es deux c’est tout de suite autre chose) c’est qu’au bout d’un moment tu sais plus quand un mec te désire, ou pas. T’es flattée par le moindre mec à qui tu plais (et encore, je suis du genre naïve, donc je vois pas forcément quand un mec veut me pécho). Et puis tu peux vite te laisser avoir si t’es pas bouffée par la trouille. Et c’est un gros si. Parce que passer outre la trouille, c’est un peu comme sortir de sables mouvants.
    Le sexe en lui même c’est un peu comme le vélo mais c’est tout ce qui vient avant qui paralyse. Je savais (sais ?) plus toutes ses étapes de dragues, le moment où tu décides de passer à l’action, tout ça. J’ai depuis pas retenté beaucoup de fois parce que bah je veux toujours pas de n’importe qui. Je suis du genre (trop) difficile.

    Et donc je pense que l’abstinence choisie peut bien trop vite se transformer en abstinence subie… Et pour se sortir d’une abstinence subie, bonjour la galère ! (Comme tu l’as dit, t’as plus confiance en toi, la trouille et oublié trop de choses) Il faudrait dans l’idéal ne pas faire de période d’abstinence trop longue.

    Voilà voilà.
    Comme d’hab le commentaire bien perso et de 3 km de long -.- »
    Bisous les boobziennes ♥

  3. Jimmy Page de Gea 14/07/2014 à 13:17 #

    L’abstinence, c’est bien, ça vide les neurones du cul et ça permet de revenir à l’essentiel : le cul… Je déconne ? Oui et non, j’ai vécu l’expérience, peut être qu’un mec ne perd jamais le goût de la conquête, de la pratique, de la séduction, même s’il la délaisse un temps, parce que nous ne fonctionnons pas comme vous les femmes… Même si mon côté féminin est justement très féminin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :