Les relations à distance, il y a 10 ans et maintenant.

15 Nov

La belle Nina vous a déjà parlé des relations à distance dans un précédent article. Je vais aborder le sujet avec un petit retour dans le passé…

Il y a 10 ans (et même plus, mais ça sonnait moins bien pour le titre), Internet commençait à émerger, les tchats en ligne apparaissaient et bien sûr… les rencontres…

C’est sur le tchat wanadoo que mes cousines et moi avions fait des rencontres (sur le chan #Tolkien steuplait) on avait une connexion 56k et un abonnement limité avec parfois 20 heures d’Internet dans le mois… Le débit était plus lent et la connexion sautait. Bref, il était assez difficile de se donner rendez-vous en ligne, mais heureusement on avait les e-mail et … les lettres !

Oui car je me souviens encore que les premières photos reçues nous parvenaient par courrier. Découvrir une écriture, une lettre plus lourde que d’habitude, le coeur qui bat plus fort (hey j’étais jeune, j’avais 13-14 ans moi, pleine d’illusions et de niaiseries). Il y avait bien les photos à la webcam, mais il faut dire que la résolution ce n’était pas ça, et puis là on avait droit à plusieurs photos…

C’est donc avec surprise que l’on découvre les photos, un mot derrière pour expliquer, une lettre… et puis il ne faut pas s’attendre à des photos de soirées, généralement c’est une photo portrait, un souvenir de vacances, une photo de famille… hé bien oui imaginez! Acheter un appareil, prendre des photos, les faire développer, et envoyer la lettre, en gros vous receviez ça deux semaines plus tard, alors on va au plus vite.

J’ai retrouvé quelques photos de cette époque, en voilà une :

relationdistance

On en renvoyait,et après les mails, les heures passées sur le tchat, au téléphone (enfin pas trop vu qu’on n’avait pas les appels illimités) venait le temps de la rencontre.

Histoire de faire simple, mes cousines avaient trouvé l’amour à Perpignan et nous, on était de Rouen (enfin pas loin), moi c’était Dijon. Elles ont rencontré leur chéri avant moi, eux étaient amis, donc plus simple de venir ensemble en Normandie. L’accent du sud et pluie, un cocktail étonnant !
J’ai rencontré pour la première fois le mien en Vendée, mes parents avaient prévu le coup avec ses parents à lui : Ils nous rejoindraient sur le lieu de nos vacances.

Je me souviens être dans la chambre et il m’avait semblé le voir passer devant la fenêtre, je sors, je le vois, mitigée entre surprise, joie et inquiétude. Pour combien de temps est-il là ? Pourquoi ? Que fait-il ici ? Et tout de suite je pense très vite que je devrais lui dire au revoir demain, dans une semaine, peut-être deux, avec de la chance.

Le problème avec cette première rencontre, c’est que l’impatience et l’envie de le voir se transforment en manque.
On s’ennuie de lui, de le voir, de l’entendre, d’être dans ses bras…
Cela crée une frustration, des tensions, les relations à distance, ce n’est vraiment pas facile tous les jours, surtout lorsqu’on est jeune.

Très vite, on se met toutes les 3 à organiser les vacances, mes cousines, elles, peuvent aller chez leurs chéris, moi pas, ce qui fait que la relation évolue moins bien que le développement d’Internet et de ses réseaux.

Et finalement… on souffre, beaucoup. J’étais jeune, j’ai toujours pensé qu’on disait loin des yeux près du coeur car moins je le voyais et plus je pensais à lui, mais je pensais que cette relation que je tenais depuis près d’un an était trop difficile.
On me disait que j’étais trop jeune et que je devais profiter, dire à des garçons qu’ils ne m’intéressent pas car j’ai quelqu’un. Qu’il est dur de faire comprendre au collège, à ses amies, qu’on a bien un copain mais qu’il n’est pas ici… On en rit, puis ensuite elles doutent, on se fait traiter de menteuse, et ensuite après avoir vu ma tête un matin, les yeux rouges symboles de larmes qui avaient coulé… la rupture avait été prononcée.

Pour mes cousines, la relation avait duré plus longtemps: 3 ans pour l’une et…. 10 ans pour la première ! Elle est toujours avec son copain, enfin, copain… ils sont maintenant pacsés et elle l’a forcément rejoint dans le Sud.
La première était plus vieille (16 ans) plus mature, et je pense toujours que lorsque l’on est amoureux et que l’on est assez fort, qu’on a les mêmes attentes, la distance n’est rien.

Et en 2013 ? Est ce qu’une relation à distance serai plus simple ?
Je pense que oui, enfin, j’ai mûri, j’ai une bonne connexion Internet (enfin…), il y a Facebook, Twitter, Skype, Line, les messages et appels illimités, je peux plus facilement partir en train/avion pour le retrouver… mais pour l’avoir fait 4 ans plus tard (Rouen – Fontainebleau tous les week end), c’est fatiguant, surtout quand l’autre ne fait plus l’effort de venir, et puis, ça coûte cher.

Je pense que Facebook peut augmenter la frustration, et pour certains, pousser au stalking (espionnage), on ne demandera peut-être pas « tu as fait quoi aujourd’hui ? » mais on le saura directement grâce à Facebook, aux check ins Foursquare, aux tweets et on saura ce qu’il a mangé grâce à ses photos Instagram…

Et heureusement… il y a toujours Snapchat pour les photos de boobs et de fesses ! :D

Voilà, autant dire qu’avec tous les outils technologiques à notre portée, les relations à distance, ça ne peut que fonctionner…non ?

Relation à distance

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :