L’envie d’un autre

21 Oct

Dans la vie, on croise de tout : des gens qui nous indiffèrent, d’autres que l’on adore et qui finissent par devenir des « amis » plus ou moins proches, d’autres que l’on finit par détester voire mépriser, d’autres encore, qui nous dégoûtent… Et puis il y a ces gens sur lesquels nos hormones se fixent, généralement de manière totalement incompréhensible et aléatoire. On ne saurait dire pourquoi, mais telle personne ne manque jamais d’éveiller un désir certain, sans que l’on puisse réussir à comprendre pourquoi. Et si par malheur, il vous passe par l’esprit de ne plus y penser afin d’éloigner le problème, sachez que vous vous en mordrez les doigts, car votre inconscient saura vous le rappeler et à ce moment-là, la vague attirance pourra rapidement tourner à l’obsession… Si vous n’êtes pas en couple à ce moment-là, ça ne posera aucun problème : le plus simple est même d’avouer votre « faute », pour autant que cela en soit une. Si cet autre que vos hormones ont choisi est aussi célibataire, alors, vous pourrez enfin calmer les ardeurs dévastatrices qui vont jusqu’à vous réveiller la nuit, paniquée suite à un rêve ô combien suggestif… Si vous êtes malheureusement en couple, et que l’autre n’est pas tellement ouvert aux relations plus ou moins libres (ou si vous ne l’êtes pas, et que vous trouveriez cela injuste d’accepter que vous alliez voir ailleurs sans pour autant le tolérer de la part de l’autre), tourner la page de cette envie frustrée risque bien de virer au cauchemar. Alors, vous cherchez n’importe quoi pour calmer l’intensité du désir, ou pour le communiquer à cet autre involontairement convoité, sans éveiller les soupçons de toutes les autres personnes alentour… N’importe quoi incluant bien évidemment les playlists, les clins d’œil plus ou moins cachés, et bien sûr, l’envie d’entrer en contact régulièrement… Ce n’est pas du harcèlement, attention. Cette ligne rouge n’est jamais franchie, car, comment dire, ça n’en vaut pas la peine ! En effet, ce désir est purement sexuel et totalement infondé ! Pourquoi alors risquer de franchir une quelconque ligne rouge pour si peu… ! Non, on se contente de peu, et ce dernier a d’ailleurs un nom : fantasme.

J’ai longtemps éloigné toute question portant sur de potentiels fantasmes car je n’en voyais jamais l’intérêt : pourquoi fantasmer sur une position sexuelle impossible à réaliser, ou une « ambiance » qu’il est parfaitement possible de mettre en place avec son autre ? Pourquoi fantasmer sur une personnalité qui de toutes façons ne vous connaîtra jamais et ne cherchera jamais à le faire, et encore moins à avoir une relation sexuelle avec vous ? Non, vraiment, tout cela me dépassait, et me dépasse encore… Cependant, cette « perception » dont je vous parle représente bel et bien mon idée, ma perception du fantasme. Une personne réelle, que l’on a croisée, qui est dans notre cercle d’amis, et à laquelle on n’aura probablement jamais accès alors qu’on en est à rêver de manière plus que suggestive de cette personne,  tout en sachant pertinemment que l’intérêt est purement sexuel et de nature éphémère. Le pire, c’est qu’en étant en couple, on ne peut même pas en discuter afin de calmer nos hormones exigeantes qui nous en font voir de toutes les couleurs : d’un coup, sans prévenir, on se retrouve avec des images plein la tête, et la seule chose à faire reste d’attendre désespérément que l’orage passe, se calme, et qu’on puisse de nouveau penser à autre chose qu’à cet autre et à son corps, plus ou moins nu, contre le nôtre. Ce type de fantasme est particulièrement exaspérant  et déroutant : on sait qu’on ne tromperait jamais notre autre, mais on aimerait tellement céder à cet autre, juste une fois, seulement une, histoire de tourner la page, enfin.

Cet article, c’est en fait l’histoire d’une envie sexuelle permanente et intense, à laquelle il est impossible de succomber, alors qu’on rêve de pouvoir juste effleurer le corps nu de cet autre qui nous déstabilise tant, sans qu’on puisse ne serait-ce qu’essayer de se l’expliquer. On a juste envie, charnellement, profondément, presque violemment, de connaître cet autre sexuellement, sans forcément que cela mène quelque part ailleurs qu’à l’aube toute proche… « It makes no sense at all ». Et pourtant, vous le désirez tellement que vous en avez mal, pour parler crûment, au vagin et aux ovaires. Et l’acte seul d’enlever sa chemise, tout doucement, vous rendrait la personne la plus heureuse au monde… (Ecrire ces mots vous a remis les hormones en pleine activité, d’ailleurs, merci à notre fidèle compagnon l’Inconscient pour ses images défiant tout réalisme…)

Malgré tout cela, vous restez assommée par l’envie de votre autre à vous, sans comprendre comment il est possible de réellement désirer autant deux personnes à la fois. (Au point de craindre un moment où vous auriez ces deux personnes simultanément dans votre périmètre, car cette vision pourrait vous mener, en exagérant très légèrement, à un orgasme instantané, et d’une intensité rare.)

Et vous, vous avez croisé ce genre de « personne », de fantasme sur pattes, presque accessible et qui rendent folles vos hormones ?

Publicités

3 Réponses to “L’envie d’un autre”

  1. LilithGrey 21/10/2013 à 13:29 #

    Cette envie que tu sois en couple ou non, eh bah elle crains du boudin.
    Non parce que t’as beau être célibataire, c’est pas pour autant que tu peux assouvir tes besoins charnels. Surtout si ce « fantasme » (dans mon cas précis du moment, je n’appellerai pas ça comme ça, mais soit, allons-y pour cette étiquette) dis non. Après avoir un peu dit oui. C’est pire. Tu as eu juste eu droit à l’odeur du fruit défendu, mais tu n’as pas pu le manger. Horreur, donc.

    Sinon, je vois bien une scène de film ou la meuf se met à crier le nom de son fantasme alors qu’elle est au lit avec son mec. Voilà voilà.

  2. 3615 MyLife (@SeriesAddicted) 21/10/2013 à 21:59 #

    j’avais reussi à l’oublier et en lisant l’article une seule pensee m’est venue ; lui arracher sa chemise …

    je poste rarement des commentaires sur les blogs mais je tiens à vous dire que vos articles sont geniaux. continuez ainsi.
    au plaisir de vous lire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :