Fifty Shades of Pink – Chapitre 1

26 Août

Je crois au Destin, j’ai longtemps cru en l’Amour, mais je pense que lorsque l’Amour nous abandonne, il ne faut pas se morfondre, il faut ouvrir les yeux et voir ce que la vie et surtout les hommes ont à nous offrir.

Depuis quelques jours je parlais avec un homme, juste un peu plus âgé que moi, modèle, à la plastique parfaite. Il le dit lui même, il est décrit comme Superman, pour une fan de comics, c’est parfait. Cette tension, l’envie de se voir était plus forte, il tente, me demande de se voir ce soir, il est 19h… après une hésitation, je décide de faire ce que je fais le mieux : Vivre. J’accepte et je prendrai le train dans 2h.

Lingerie, petite robe noire, mascara, talons. Dans mon sac un habit pour la nuit, les affaires du lendemain, il n’y aura pas de Walk of Shame, j’aime être classy. Et comme toute femme moderne qui se respecte, des préservatifs.

Je suis dans le train, mon coeur balance entre excitation et appréhension. Et si il n’était pas comme sur ses photos ? Et si il avait une voix affreuse ? Et si… c’est à ce moment que je reçois un message « détail, mais qui à son importance…je n’ai pas de préservatif » j’esquisse un sourire, et je lui répond que j’ai ce qu’il faut. Il est heureux et me dit qu’il commence déjà à se caresser. Et là il ne reste plus que l’excitation.

J’aurais aimé le voir sur le quai, mais c’est à la sortie de la gare que je le trouve, adossé à un poteau, il est au téléphone, je remarque sa musculature, ses bras, il me voit s’avance vers moi et me fais la bise. Galant il m’ouvre la porte, dans la voiture il me demande si le voyage s’est bien passé, j’aime sa voix, monsieur est il parfait ?

Il n’arrête pas de me regarder, les lumières parisiennes donnent encore plus d’éclats à son regard, c’est comme un enfant le matin de Noël devant ses cadeaux, je sens qu’il est impatient, et cela me rend encore plus impatiente.
Nous parlons de sa passion, mon travail, il est cultivé, curieux, et cela m’attire encore plus. Ses regards sont insistants, tellement que je me demande si l’on ne va pas avoir un accident de circulation, il me dit qu’on arrivera bientôt.

Nous voilà devant chez lui, dernier étage, il passe derrière moi, pour admirer la vue ? Son appartement est minimaliste, bien décoré, épuré, son chat sous le lit nous accueille d’un miaulement grave, presque aussi grave que la voix de son maître. Je jette un coup d’œil au lit, après tout, c’est pour ça que je suis là.
Il me dit de me mettre à l’aise, je m’installe sur son canapé, me propose un verre, il ne boit pas, il n’aime pas ça.

Je m’installe, son chat arrive, viens faire du repérage, nous parlons encore, vous savez ce moment où la tension est palpable, où l’on sait ce qui va se passer, où l’on a envie d’agir, mais où bêtement on attends un signe.
Son chat lui est confortablement installé, profitant des caresses, sous le regard jaloux de son maître, je me dis que j’aimerai bien glisser mes doigts sur ses jambes à lui.
« Alors qu’est ce que l’on fait ? » ce signe. Il pousse son chat, je me rapproche, il passe sa main dans mon dos, me le caresse doucement, je le regarde, regarde ses lèvres.

J’adore ce moment, je le savoure, et pourtant j’aimerai savourer autre chose, j’embrasse sa joue, puis je l’embrasse dans le cou, je sens ses muscles se contracter, il resserre on bras sur moi, je me rapproche de ses lèvres et nous nous embrassons, resserrant ainsi son emprise.
Ses lèvres sont douces, son baiser est fort, ferme, passionné, sa main se ballade sur ma hanche, remonte… passe la main sur mon sein, l’agrippe, il esquisse un sourire, nous nous embrassons de plus belle. Ma main est sur ses abdos, ils se contractent, doucement, je passe la main sous son T-Shirt, passant doucement mes doigts sur ses abdos, un, deux…. trois, ma main glisse découvre tous ses muscles que je n’avais vu jusqu’à alors qu’en photo.

Allongés sur le canapé, sur moi à m’embrasser, à sourire, à apprécier, il me redresse, nous nous levons, face à face lèvres contre lèvres, je l’embrasse dans le cou, il se laisse faire, chaque gémissement me montre qu’il apprécie, de plus en plus ses mains parcourent mon corps, j’ai envie de découvrir plus.

Alors je lui enlève le T-shirt, il enlève ma robe avec tellement de facilité, il fait un pas en arrière, me regarde et se mords la lèvre du bas, grand sourire de l’homme satisfait de voir la proie qu’il a devant les yeux. Il se rapproche, je lui caresse le torse, heureuse de faire courir mes doigts sur un torse parfait, je L’embrasse dans le cou, passe mes ongles sur son dos, je l’entends gémir puis émettre un petit rire.
C’est alors que je n’hésite pas à descendre. Passer la main sur ses fesses, fermes, bombées, je sais à quoi me raccrocher.

Il veut aller sur le canapé, je le suis, il embrasse généreusement ma poitrine, ne manquant pas de me faire savoir que cela lui plait, que je lui plais… C’est alors que je lui monte dessus, décidant que c’était à moi de jouer, mais ce genre de jeux ne se joue jamais seul, et il défait mon soutien gorge, se remordille la lèvre et me regarde, il passe ses doigts, agrippe, embrasse, avec passion, des baisers s’en suive, j’aime jouer avec mon bassin, j’ai maintenant l’avantage du jeu, des murmures à l’oreille, je sens qu’il y est réceptif.

Il se lève, attrape mes fesses, avec une facilité déconcertante nous sommes maintenant debout, la tension est aussi palpable que l’excitation, c’est là que je décide de prendre les choses en main.
J’embrasse son torse, ses tablettes de chocolat, ce corps si parfait, il passe la main dans mes cheveux hésitant entre me laisser faire et demander un baiser. « Tu dois être un peu trop serré non ? Je vais aider » je lui enlève son premier bouton, son pantalon, laissant glisser mes doigts, j’écoute chacune de ses réactions, sa respiration est plus forte, ses muscles se contractent, les veines sont plus saillantes.

Je suis assise sur le canapé, ma peau contre le cuir, ma bouche contre sa peau, je lui embrasse le torse, il me redresse, il enlève ma culotte, si bien choisie, je lui enlève son boxer, en l’embrassant au fur et à mesure, il se mords la lèvre, je décide de lui faire ce cadeau que chaque homme attends tant.
C’est alors que j’entends vraiment, ses murmures, ses gémissements, il me tiens les cheveux, me caresse la tête, puis me l’agrippe, mais très vite, très impatient il décide de me rendre ce cadeau, appuyée sur le dossier du canapé il m’attrape et me redresse les jambes, il est doué, il le sait.
J’aime voir les muscles de son dos se raidir à chaque mouvement, les contrastes entre sa force et la douceur dont il fait preuve, je suis détendue, je ne pense qu’à lui, au plaisir, je passe ma main dans ses cheveux, lui attrape, surpris, il gémit, je sens qu’il aime cela alors je n’arrête pas.

J’ai compris qu’il aimait ce jeu, de séduction, de passion, et je savais que l’on allait s’amuser.
J’allais lui dire que j’étais impatiente, mais il a eu cette même idée, il se redresse, je le remercie et me dit qu’il va falloir un condom (non.il en avait pas !) Je vais le chercher je m’avance près du lit, il est déjà derrière moi, je lui tends, il me demande une faveur, je ne me fais pas prier.
La protection est là, les inquiétudes envolées, l’appréhension n’existe plus, seules demeurent l’impatience et l’excitation de cette première fois.

Il me redresse sur le lit, caresse mes jambes, mes cuisses, se remord la lèvre et je me demande quel est le plus chanceux à cet instant.

C’est bon, lui même le dit « t’es bonne » c’est la première fois que l’on Mr dit ça comme ça, dans ses circonstances, l’homme cultivé et élégant n’est plus là, il reste l’impulsivité, la force, mais aussi la douceur. Ses yeux, sa façon de me regarder, les bruits, sa respiration, sa peau devient moite, mes mains glissent sur sa peau, parfois je ne peux plus tenir et je l’agrippe aux fesses, étonné, surpris je sens qu’il aime cela je n’arrête pas.
Je me suis vantée d’être souple, il veut essayer, je le sais, pas besoin de mots, cela se fait naturellement, instantanément.
Il attrape mes jambes, les places sur ses épaules, se rapproche, faisant mine de m’embrasser il ne le fait pas, passe sa langue sur mes lèvres. Il joue avec moi.
Je décide de le rejoindre dans le jeu, le regardant intensément et refusant ses baisers, la vitesse s’intensifie, c’est dur de garder le contrôle.

Il attrape mes jambes, place mes pieds sur son torse, je contemple là ses bras qui tiennent mes pieds, son bassin, ses épaules, il aime ça, c’est alors que je décide de profiter aussi, je lui montre que je veux aussi m’amuser avec lui, je bouge mon bassin, je l’écoute satisfait.
Il me dit d’arrêter, me supplie, me regarde si intensément, mais je n’arrête pas, nous aimons trop ça et je veux gagner. Je veux l’entendre, je veux le voir, je veux le sentir.
Il me prévient une fois, deux fois, me dit « ooh ma petite Lydie » je me dis que c’est mieux que tout à l’heure déjà, et après un regard, un cri, il me dit « oh je vais jouir ».

Je n’arrête pas, je continue, je resserre ma proie, je le regarde perdre ses moyens, je reprend le contrôle et j’adore ça, c’est alors qu’il agrippe mes jambes encore plus fort, et je L’entends, ce cri tant attendu, de satisfaction, son regard change passionné à conquis, puis satisfait, je joue encore un peu, je ne m’arrête pas, plus doucement mais toujours intensément.

C’est alors qu’il s’allonge sur le lit, m’embrasse, me prend dans ses bras, je sens son corps chaud, chaque muscle de son corps, je l’embrasse, une étreinte, nous soupirons. Satisfaits.

tumblr_mkine5IBzX1ri08goo1_250

[Twiggy rejoint la team Boobizz et nous en sommes ravies! Si ce type d’articles vous plait, n’hésitez pas à le lui dire dans les commentaires pour qu’elle continue dans sa lancée. Nous lui souhaitons la bienvenue, en espérant que vous serez aussi choupinous avec elle qu’avec nous!]

Publicités

5 Réponses to “Fifty Shades of Pink – Chapitre 1”

  1. Lilith 26/08/2013 à 18:41 #

    Moi, j’aime bien ! J’ai l’habitude de faire des petites nouvelles de ce genre, mais ça fait bien longtemps que je n’ai pas re-tenté l’expérience. Il faudrait !

    • NinAnthea 26/08/2013 à 22:50 #

      Ah oui oui il faut que tu t’y remettes ! :D (et que tu nous les envoie qu’on les publie !)

  2. Sarah 27/08/2013 à 15:55 #

    J’aime bien aussi. J’en avais également écris quelques unes, il y a longtemps et c’était médiocre. x) Mais j’aime en lire.

  3. bonbaiserfromlondon 14/09/2013 à 01:12 #

    ça me donne envie de sexer moi!! mais ça nécessite néanmoins une bonne relecture. (coquilles, formules et constructions grammaticales chelous) Vive le zizi.

    • Twiggy 18/09/2013 à 19:59 #

      Hahaha ! Thanks !
      J’ai une bonne excuse, ça a été écrit dans le train, au retour juste après et sur mobile ! :D
      La prochaine fois, je saikse en lisant un livre de grammaire ! ;D

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :