Le libertinage, bon plan ou réel mode de vie ?

25 Jan

Comme tu le sais (sinon bouhhhh), Boobiz est sur Hellocoton. Je vais pas t’expliquer le principe, t’as qu’à googler ça. En comm’ d’un article, on nous a demandé un article sur le libertinage, alors c’est avec plaisir que je m’y colle, et pour cause, je connais bien la chose !

Le libertinage n’est pas que de mœurs, mais on est sur Boobiz pas sur étudions-épicure.com.

Ca consiste en quoi ?
Bah, en gros, tu baises avec qui tu veux.

Là je te vois tout fifou du calbut en train de t’agiter dans tous les sens en faisant le moonwalk dans ta cuisine mais STOP. Si toi tu fais ce que tu veux, tu te doutes bien que ta gonzesse en fait autant, c’est pas le plan où tu trempes ton biscuit dans tous les pots de crème pendant que bobonne t’attend sagement ! Non, non, elle aussi met le pain dans le four (Nina m’a contaminé avec ses métaphores culinaires).

Y a plusieurs sortes de libertins. T’as ceux qui font ça avec leur moitié et ceux qui font ça chacun de leur côté (pi t’as ceux qui font les deux).

Clairement, c’est un mode de vie. Je suis pas en train de te parler des petits jeunes qui se font un plan à trois pour s’amuser hein, non, libertin c’est au quotidien. Tout est dans le jeu, on drague, on séduit et souvent on s’envoie en l’air. Certains aiment mater leurs nanas avec d’autres (mâles ou femelles), certaines aiment partager leur monsieur avec un/e ou plusieurs partenaires, d’autres ont des amants et des maitresses, tout comme leur partenaire, mais ne font jamais rien sous les yeux de l’autre.

Bref, chacun s’organise comme il le veut.

Je te vois la bave au coin des lèvres, mais attends deux secondes que je t’expose les + et les – du bordel.

Les avantages, tu l’as pigé, c’est que tu baises comme tu veux, quand tu veux, avec qui tu veux. Évidemment, on respecte les gens, on explique bien que c’est purement sexuel (après on est pas obligé de préciser qu’on est lib et qu’on a quelqu’un…) et on capote parce qu’on ramène pas de petites bêtes dans le lit conjugal, merci. Ensuite, on a pas le poids de la culpabilité, et ça c’est le top ! Pas de mensonge, pas de frissons de peur d’être cramé, le BO-NHEUR !

Les inconvénients, même si là t’as l’impression que je te vends du rêve, c’est la jalousie. De toi et/ou de l’autre. Parce qu’au début t’y vas molo, c’est pas genre la fête de la culotte tous les soirs, donc tout le monde est peace, mais au bout d’un moment, quand ça devient trop régulier ou trop fréquent, t’en as forcément l’un des deux qui commence à tiquer. T’as aussi le risque de plus trouver d’intérêt au sexe papa/maman après la série du samedi soir et de te faire chier en restant plus de deux heures avec le machin qui te sert de mec/nana. Et, ce qui met fin soit à ton mode de vie, soit à ton couple, c’est quand l’un des deux ne veut plus. Bah ouai, ça arrive, il/elle a fait le tour de la question et veut retrouver sexy boy/girl rien que pour lui/elle et là ça pique généralement.

Je dirai, au final, que ça dépend de toi, de ton couple aussi. Parce que s’il y a bien une chose primordiale quand on se décide, c’est bel et bien la confiance qu’on a en l’autre (et en soi aussi). Parce que si tu passes ton temps à te dire qu’il/elle a trouvé l’excuse du libertinage parce que t’es une grosse quiche au plumard, on va avoir un problème. Si tu lui balances à la gueule entre le « tu branles rien à la maison » et le « j’en ai marre de ta mère » un « de toute façon jean-michel/marie-catherine nique mieux que toi », clairement, tu t’exposes à Fukushima après l’explosion !

Du coup, tu tentes ? Tu nous donnes ton avis ?

Amusez-vous bien, je vous bise
Mya0u

libertinage

Publicités

9 Réponses to “Le libertinage, bon plan ou réel mode de vie ?”

  1. Creepy 26/01/2013 à 11:24 #

    J’pense que ce genre de truc ne convient pas à tout le monde même si je suis sûre que ça peut marcher pour certaines personnes. Par contre je me suis toujours demandé si l’issue de ce genre de relation n’était pas toujours fatale, genre que y en a forcément un des deux qui va craquer/se désintéresser/etc… Je sais que pour certains ça marche sur du moyen/long terme, mais est-ce que ça peut fonctionner dans le cadre de toute une vie ? Déjà que les relations  » classiques  » à très long termes ne sont pas fréquente (et je suis pas sure pour le coup que le libertinage y soit forcément la réponse) j’me demande si c’est viable.
    En tout cas, moi je ne pourrais pas, mais je comprends qu’on puisse vivre ainsi, mais il faut une sacré dose de confiance en soit, bien avant d’avoir confiance en son couple, je pense !

  2. Kakao 26/01/2013 à 12:24 #

    Perso j’y avais déjà pensé mais tout bien réfléchi j’en serais incapable, manque de confiance en soi, jalousie etc. Laisse bé-ton. En plus chéri aussi est jaloux et ne conçoit même pas la chose…

    • mya0u 26/01/2013 à 16:08 #

      Au moins vous êtes d’accord :P

  3. J.ink 29/01/2013 à 21:20 #

    Juste pour répondre a Creepy

    « Par contre je me suis toujours demandé si l’issue de ce genre de relation n’était pas toujours fatale, genre que y en a forcément un des deux qui va craquer/se désintéresser/etc…  »

    J’attribuerai plutôt cette phrase a un couple lambda … a passer 10/20/30 ans a avoir des rapports sexuels avec la même personne, a ne voir que par elle et pour elle, a avoir des pratiques de plus en plus similaire avec les années qui passent, moins communiquer ect … la est l’issue fatale qui, moi, me fait peur :)

    Dans un couple libre, si la confiance et l’amour est la, le reste suis, il y a la non lassitude sexuel, le renouveau quand l’envie nous prend, la communication importante, puisque c’est un sujet dont il faut parler, quand les choses ne nous vont pas, ou que l’on a certaine demande ou peu importe, la communication se fait plus facilement, sans peur de jugement, sans peur de crise, de pleure, de faire du mal … la relation est a la fois simple et compliqué, mais tellement plus paisible au final, et pour moi, elle a beaucoup plus de chance de tenir sur le long terme, que toute les relations que l’on voit autour de nous … ou les tromperies sont faites en cachettes, deviennent malsaine, pleine de non dit, moins de communication, moins de confiance, plus de mal au final … sur le long terme !

    Et bien souvent, au final, la séparation ou le divorce :)

    Bon voila … c’était mon mot a moi sur le sujet, je me suis sentie obliger la :p

    Bisous Sha <3 thx pour la pensée :)

    • mya0u 29/01/2013 à 22:42 #

      De rien ma puce.

      Je suis assez d’accord avec J.Ink, parce que si je regarde de près mes couples, ceux qui m’ont fait le plus de mal sont véritablement mes « exclusifs ». Dans tous les cas il y a eu des infidélités de l’un ou de l’autre, des mensonges vus comme de réelles trahisons, de la lassitude aussi, et pas forcément au bout de dix ans, des angoisses pendant les trop longs silences, des sujets inabordables, des peurs de blesser… Le seul couple que j’ai eu, qui n’a pas tenu des années mais pour d’autres raisons, et ou tout se passait a merveille était libre. On s’entendait extrêmement bien, et malgré ma jalousie maladive, avec lui tout coulait de source, pas de prise de tête, de jalousie, d’engueulades ou quoi et on s’amusait vraiment, ensemble. Ce n’était pas je fais ça pour lui ou lui fait ça pour moi, non, on faisait ça main dans la main et j’ai plus avancé et appris sur moi même et sur mon couple en quelques mois qu’en plusieurs années avec d’autres !

  4. Södermalm 07/06/2013 à 16:39 #

    Moi ca me tente bien… mais j’ai toujours tout fait pour rester « réglo » avec tout le monde, je crois.

    Pour plusieurs raisons. Parce qu’à l’évidence, je serais incapable de faire de ces relations quelque chose de bon.

    J’ai des montagnes d’amour à donner. Tout le monde veut bien recevoir de l’amour, j’en veux bien en retour. Mais aimer plusieurs personnes signifie, logiquement, être « partagé(e) » entre elles. De là nait le malaise.

    D’abord, un malaise inculqué, voulu, par la société-éducation-tout ce qu’on voudra- vous en avez parlé- . Non, même si l’amour est là, ce n’est pas très bien passé auprès de ceux à qui je l’ai proposé…

    Mais surtout une impasse. Je n’ai pas de mal à aimer, mais comment se « partager » ? Comment être « équitable » avec tous ? Le temps, les attentions, le corps. Surtout qu’une fois qu’on donne le doigt, on nous bouffe le bras, et je veux quand même du temps pour moi (= sans forniquer ni raccommoder les égos blessés)

    Le concept de fidélité… J’aimerais dire que je suis fidèle à un seul être, unique et éternel. J’aimerais avoir cette noblesse. Je ne l’ai pas. Point. J’aime plusieurs.

    Et ces plusieurs, eux également attendent la fidélité. Quelle déception, montagne de douleurs qui les attend s’ils apprennent qu’ils ne sont pas le/la seul(e) aimé(e) !

    Et d’ailleurs, pire, plus hypocrite encore, moi aussi, je veux de l’exclusivité ! Je veux que mes amours n’aiment que moi, pire, je ne supporterais pas de les partager.

    Donc pour le moment, ca m’apparait comme quelque chose de compliqué a mettre en place, perçu comme « injuste », exigeante en self-control (j’aime pas partager), et finalement certainement douloureuse (certains seraient capables de dire oui et de regretter, ne plus oser se désengager toussa)

    Et j’ai pas trop envie d’imposer ça à ceux que j’aime, qui doivent être grosso-modo, dans cet état d’esprit.

    Certains me disent que la « monogamie » viendra avec le temps, la bonne personne… Pourquoi pas. Je ne suis pas hermétique à l’idée, mais je n’ai encore trouvé personne qui sache combler toutes mes attentes et être assez multi-facettes pour me passer l’envie d’explorer d’autres contrées..

    • Mya0u 14/06/2013 à 01:25 #

      Tu confonds libertinage et polyamour. Le libertin est fidèle de cœur à sa moitie, le partage n’est que dans le sexe, pas dans le temps, pas dans le sentiment, y a pas de partage de loisir ou d’attention, juste du sexe.
      Le polyamoureux aime plusieurs personnes et là, je te le concède, c’est de la gestion!

      • NinAnthea 14/06/2013 à 10:23 #

        Je pense qu’il y a une troisième catégorie, un peu entre les deux. Enfin l’un n’empêche pas l’autre, aussi.

        Mais bon sinon : polyamour o/

Trackbacks/Pingbacks

  1. Nos vies de libertins | Boobizz - 08/01/2014

    […] avons déjà abordé le sujet du libertinage dans cet article (que je vous incite à lire si ce n’est pas déjà fait), mais je pense que comme vous êtes […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :