Être une femme, c’est une belle arnaque !

18 Oct

Aujourd’hui je ne suis pas bien. Non je n’ai pas envie de t’en parler. Je ne suis pas malade, je suis une fille.

Je sais que ce n’est heureusement pas le cas de toutes les filles de la Terre, mais moi, et je ne suis pas la seule non plus, ça me met en vrac pendant 10 jours cette histoire.

On aura beau dire ce qu’on voudra, être une femme, c’est une belle arnaque. Certes on a des seins et un vagin, c’est rigolo, mais une semaine par mois je les troquerai bien contre n’importe quoi d’autre.

Toi qui est un homme – ou une femme particulièrement chanceuse – laisse-moi t’expliquer.

Vois-tu, là, j’ai mal, à peu près partout, et je n’ai même pas encore mes règles. Double arnaque, oui !
Ça s’appelle le Syndrome Pré-Menstruel (SPM) (en gros ça veut dire que tu prends cher avant aussi.)

Là où j’ai beaucoup de chance c’est que je suis migraineuse chronique, et donc, forcément, toutes ces conneries d’hormones qui se la jouent rave party intergalactique ça me colle un mal de crâne j’te raconte pas. J’ai aussi découvert qu’il était possible d’avoir une migraine intestinale/digestive (oui, trop logique) (ces migraines du bide n’ont rien à voir avec les contractions/douleurs menstruelles, attention. C’est du bonus frappe.) Ajoutez à cela le mal de dos, et les seins, alouette, gentille alouette… (vous connaissez la chanson.)

Bonne à jeter, moi j’vous dis.

Bien sur ce n’est pas comme ça à chaque fois, ni tout en même temps, même si ça arrive parfois. Bien sur, quelques rares fois tu n’as aucun bobo-pré-menstruel, et ça c’est cool.

Et puis après les choses sérieuses commencent. Les anglais débarquent, comme on dit. (à cause de la couleur de l’uniforme, voilà, vous vous coucherez moins bêtes.) Avec les tanks et tout, ils arrivent pas comme une fleur version « Oh chérie je t’ai apporté le pôti-dej au lit et j’ai recouvert les draps de pétales de roses ! »

Oh bah non.

Parce que dans les pubs qui passent à la télé, t’as l’impression que ça va, c’est cool, t’as vaguement un peu d’encre bleue qui coule et voilà.

Sauf que, si tu as eu un cours sur la reproduction en SVT en 4eme, tu sais que ce n’est PAS bleu. Non, nous ne sommes pas un stylo plume qui fuit, merci les publicitaires.

Messieurs, avoir ses règles, c’est gore. T’auras beau mettre des couleurs mignonnes et des petites fleurs sur les emballages, ça restera sanglant, y a rien à faire.

Les règles c’est quoi ? C’est le « nid douillet pour futur bébé » qui n’aura pas servit, qui partira version on tire la chasse pour laisser la place au suivant. En cas de futur bébé, le signal n’est pas donné, et on ne tire pas la chasse, y a encore du monde sur la cuvette tavu.
(cette explication était sponsorisée par « NinAnthea vous parle des choses de la vie ». Ne me remerciez pas.)

Alors, les règles c’est quoi ? C’est du sang, des caillots et logiquement – si tu ne prends pas de contraceptif hormonal (pilule, implant, stérilet à hormones etc. On vous en reparlera en détail.) – un ovule mourru.

C’est bon, t’étais en train d’étaler ta confiture de groseilles sur ta tartine, t’as plus faim ? Et encore ça se passe pas dans ton caleçon mon gars.

A partir de là, tout le monde sait – plus ou moins – comment ça se passe. C’est la danse de la serviette hygiénique et des tampons façon gigue irlandaise, mais sans la bière.
Et avec ceci, qu’est ce que je vous sers ?
Comme je l’ai mentionné plus haut : les contractions. Oui, parce que si tu voyais ça façon chasse d’eau qui tourne et hop ayé j’ai fini, bah tu te plantes. Faut l’expulser le bordel. Si tu as du bol – connasse – ça se passera sans trop de douleurs. Et par contre si tu es poissarde, comme moi, et bin tu te tiendras le bide en pleurant et en hurlant de douleurs sans pouvoir bouger. Je te jure, ça m’est déjà arrivé de devoir me coucher par terre au milieu de ma chambre – donc à 2m de mon lit – parce que j’avais trop mal pour aller m’allonger dans mon lit, et de rester là 30 minutes à hyperventiller et chouiner (et à implorer qu’on m’achève à la hache.).

Ça dure 2, 3 jours et puis ça passe. Et deux semaines et demi plus tard, BIM ! Syndrome pré-menstruel, le retour. Et rebelote !

Donc là, je vais retourner mourir dans mon lit en attendant que ça passe.

Bisou,
NinAnthea

P.S. : J’ai omis de parler des changements d’humeurs, que personnellement, je vis n’importe quand. Je suspecte mes hormones d’être un peu sous LSD. Mais je ne crois pas que le « les filles sont plus chiantes pendant leurs règles » soit un mythe. Seulement je ne suis pas sure que cela soit uniquement du aux hormones. J’veux dire, quand j’ai mal, et que j’ai du me sociabiliser (contraire : mourir dans son lit), le premier qui me gave il va en prendre plein la face. Juste parce que j’ai mal.

Publicités

11 Réponses to “Être une femme, c’est une belle arnaque !”

  1. Fizzgig 18/10/2012 à 12:01 #

    On dit merci au combo pilule-ladycup-médocs pour la rage de dents.
    Sinon y’a un an je suis carrément tombée dans les pommes de douleur. Pour info, j’étais en train de gérer un groupe d’ados en séjour à Londres. TOP.

  2. Femme_floue 18/10/2012 à 13:12 #

    Tu prends la pilule ? Parce que pour moi c’est le messie ! J’ai rarement des symptômes et plus de chute du Niagara qui me donnent des envies de fin du monde :)

  3. Gero 18/10/2012 à 16:55 #

    Merci maman de m’avoir donner un pénis ! :D

    • Sewell 18/10/2012 à 18:35 #

      Hummm…. Tu as oublié tes cours de biologie? Plutôt merci papa ;-)

      • Gero 18/10/2012 à 21:46 #

        non, je remercie papa de me l’avoir donné aussi gros :p

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :