Archive | octobre, 2012

La fourrure masculine

31 Oct

Oui, les hommes sont des ours.Même les hommes peu poilus sont trop poilus, mais voilà, c’est dans les gênes, c’est pour leur tenir chaud à ses chochottes.

Cheveux, sourcils, barbe, jambes, ligne sous le nombril, (avant-) bras, torse et pubis. Ailleurs, ça ne devrait pas exister.

Ensuite, chacun ses gouts. Que ce soit ceux de celui qui les porte ou celui/celle qui les tripote. Oui parce que ça fait partie du domaine du couple ça, et des préférences de chacun. Bon, aujourd’hui je ne vais pas te parler de TOUS les poils, parce qu’on est sur Boobiz et qu’on est pas là pour parler chiffons.

Oui, mec, un pubis ça s’entretient !

Je sais, on touche ta virilité, on touche la fierté de tes 14 ans quand t’as découvert ton premier poil de couilles, mais là, t’as grandi, et tu sais que ton âge n’est pas calculé par rapport à ça.
Je sais, ça te défrise quand nous, femmes, te disons que si nous on s’y colle, y a pas de raison que toi tu regardes le plafond, mais c’est comme ça.

Ce n’est pas une question d’hygiène, paraitrait que ça ne change rien à ce niveau là même si, perso, je trouve que la moumoute retient les odeurs et la transpiration. Donc, c’est surtout une question pratique, pour les câlins notamment.

Non, passer 10 minutes à chercher la bête à travers quinze centimètres de poils ça n’a rien de sexy, rien de marrant, rien d’aguichant. Et pire, quand on veut y mettre la bouche, c’est le drame ! Les poils qui te chatouillent les narines, qui se coincent dans les dents, qu’on bataille à retirer de la bouche. Non, j’ai beau m’appeler Mya0u, je suis pas là pour cracher des boules de poils !

Rentrons dans le vif du sujet, comment tu fais ?
Tu vois, t’as plusieurs techniques comme le rasoir, la tondeuse, l’épilation, la pince… en fait, t’as les mêmes techniques que nous. Tout dépend de ce que tu cherches. Si tu veux juste débroussailler, t’as les ciseaux (mais, s’il te plait, fais attention !), je pense que la tondeuse est plus pratique pour ça. Sinon, tu peux tout raser. Je te rappelle quand même que t’as pas des poils que là, et que ce qu’on appelle le « maillot » chez un homme, ça vise pas que le pubis, ça concerne aussi les jumelles, oui, tu m’as compris, les deux frangines qui se tiennent entre tes cuisses. Je te vois me regarder en faisant un non de la tête, mais si, tu verras, c’est une question de pratique, après ça ira tout seul.
Bon, mes copines et moi on dit que t’es pas obligé d’être tout nu du poil, nous on dit que les jumelles doivent être à poil (ahah !), mais que le pubis lui, il est pas forcé de l’être, mais tu raccourcis hein, tu fais pas le malin, un ou deux centimètres ça me semble le max autorisé mais franchement ça dépend de ta pilosité.

Je sais que tu grognes à cette idée, mais vois-y les avantages : ton pénis va te paraitre plus grand (et pour les petites montures, ça peut être pratique, pour ton égo comme pour l’image que tu donnes), ensuite, ton partenaire sera plus enclin à sauter tête la première sur la bête, parce que quand c’est net ça donne plus envie, oui.

Je sais, tu te dis que si t’enlèves tout, tu vas retrouver un sexe de puceau, « d’enfant », comme on lit souvent, mais, pardon hein, ton apparence ne se résume pas qu’à ça mon bonhomme (prends confiance en toi un peu !), et quand une personne à la dalle, elle va pas s’arrêter le nez au-dessus de ta queue en se disant que ça lui rappelle sa première fois !

Je vais finir en te donnant un conseil de nana : va chez l’esthéticienne, c’est son taff. Ok, au début tu vas me haïr parce que c’est clair que tu vas le sentir passer, mais après t’es tranquille, ça pique pas à la repousse, ça gratte pas, t’as pas de risque de te couper etc. Et si tu rases, passe un coup de pierre d’alun après, ça picotte un petit peu des fois, mais t’éviteras la majorité des petits boutons.

Allez, je vous bise
Mya0u

Sources : fashioneedsme

Ces mecs qui lèchent pour être gentils

30 Oct

Le cunnilingus, ils n’aiment pas tous ça. Alors parfois ils se forcent pour faire plaisir, c’est sympa, mais pas tant que ça.

Si ce début d’article vous rappelle celui d’un autre site sur « Ces filles qui sucent pour être gentilles » (Google est votre ami), c’est normal. Oh non pas qu’il m’ait inspiré celui-ci, nous comptons bien en faire un sur la fellation, mais je trouvais ça drôle comme clin d’œil, car si nos « amis » critiquent l’engouement parfois limite de ces dames durant la pratique de rapports buccaux-génitaux, moi j’aimerai surtout vous parler de la majorité des incompétents qui nous entourent.

Soyons clairs, le cunnilingus est un acte que la majorité d’entre nous aime recevoir.
Et bien tu sais quoi ? Il m’arrive de préférer dire que je n’aime pas ça plutôt que d’avoir à le subir. Oui, subir c’est le terme.

Entre nous, on les appelle les bouchers du cunni. Ouai. Des fois t’as l’impression que le mec essaye tout bonnement de t’arracher le clitoris (si tu ne sais pas ce qu’est un clitoris, je t’en prie, clique sur la croix rouge en haut à droite, merci).

Oui, oui, oui, nous avons toutes des préférences et chaque mec a sa propre technique, donc je vais vraiment tabler large, dans le général quoi, mais je pense qu’on doit avoir les mêmes bases.

Normalement, tu dois savoir qu’un mec et une meuf ne fonctionnent pas de la même manière. T’es au courant qu’une nana met plus de temps à être à la même température que le type en face ? Bon, tout n’est donc pas perdu.
Du coup, t’as du saisir que ça sert à rien de se jeter sur l’entrejambe d’une gonzesse comme un chien sur son os, la bave aux lèvres. On doit y aller crescendo. On te reparlera des préliminaires de manière générale, mais là, quand même, le cunni c’est la base ! Non, tu ne mâchouilleras pas les lèvres intimes de ta moitié comme un jouet en plastique dans la bouche d’Idéfix. (Oui, je reviens encore aux chiens, mais avec certains partenaires ça s’approche plus de la zoophilie qu’autres choses.) Non, tu ne changeras pas ta langue en épée de duel, ça n’a rien d’excitant d’avoir une baïonnette entre les cuisses qui essaye de toutes ses forces de rajouter des trous à un endroit qui en comporte déjà assez !

De la douceur que diable ! Je sais, beaucoup de nanas y vont doucement au début d’une fellation alors que certains hommes aimeraient qu’on les gobe comme un flan pendant les concours (mais oui, concours du plus grand nombre de flans avalés !) et du coup tu dois te dire que c’est pareil pour nous, mais NON ! NO WAY ! A moins que tu l’aies déjà chauffé comme une baraque à frites, faut pas se jeter dessus ! Et puis de toute façon si t’es trop lent, elle va s’agripper à tes cheveux/ta tête/tes épaules pour te faire comprendre la chose.

Bref. T’as compris le principe.
Juste un truc quand même, moi je conseille de parler pendant, de dire au mec ou à la nana comment s’y prendre. Bon, moi ils étaient vraiment trop quiches pour arriver à quelque chose (clin d’œil à mes ex), mais si les vôtres sont encore capables d’être sauvés…

Des bises
Mya0u

La porte interdite …

29 Oct

Interdite ? Non ! Dieu (ou je ne sais qui) merci, nous ne sommes pas aux states et chez nous, ce n’est pas illégal. Mais, mine de rien, il persiste par là une douce odeur d’interdit, un tabou qui tente à se soulever dans les mots, dans les discussions, mais qui, au sein de nos couettes, reste encore à dépasser pour certains.

Beaucoup d’hommes sont tentés, intéressés, intrigués par ce lieu, d’autant plus quand ils ne l’ont qu’imaginé, quand leurs partenaires n’ont pas encore accordé la sacrosainte autorisation. Vous ne voyez toujours pas de quoi je parle ? Je parle de pénétration. Mais pas vaginale non, c’est trop commun, trop courant, c’est has been. Je vous parle de sodomie. Ça ne s’adresse pas qu’aux couples gays (au cas où t’en doutais), ni seulement à la partie femme d’un couple hétéro. Autant être clair, toutes personnes possédant un anus est susceptible d’être sodomisée. Et de sodomiser aussi, parce qu’il ne faut pas forcément un pénis pour le faire, on a des gadgets que diable !

La sodomie. Donc.
On entend toujours les mêmes réflexions quand il s’agit de refuser : c’est sale & ça fait mal.

Pour ce qui est du côté cradingue, je doute que tu te laves les mains à chaque fois que tu prends les transports en commun, que tu vas pisser, avant de manger, en arrivant chez toi, après avoir utiliser ton PC… Si ? Ok, alors je suppose que tu nettoies ton clavier d’ordinateur consciencieusement parce que t’es au courant qu’il est plus sale qu’une cuvette de chiotte, et que pendant que tu fumes et que tu bouffes au-dessus, que tu tapotes joyeusement sur tes touches et que tu mets tes mains sur ton visage ou à la bouche, ça te perturbe pas tant que ça ? Bon. Alors le côté crade on repassera.

Pour la douleur, autant te dire que ça dépend de l’autre et du stress, parce que si tu trembles comme Tatie Bernadette et son Parkinson à l’idée de te faire chopper par le cul, effectivement, tu vas le sentir passer, alors on respire et on se détend. En face, évite de faire ça avec un(e) bourrin qui va essayer de voir s’il peut te caresser la glotte en passant par là, je t’assure, il peut pas.
Pour la suite, tout dépend avec qui tu fais ça, si le partenaire a, ou non, de l’expérience dans le domaine. Je ne dis pas qu’il faut absolument tomber sur quelqu’un qui pratique depuis vingt ans, je dis juste que c’est bien de connaitre son sujet, qu’on ait déjà essayé ou pas, et on hésite pas à en parler, ça détend.

Avant de coller de la margarine sur le cul que tu veux salir, tu réfléchis deux secondes et tu te mets à la place de l’anus d’en face. Concrètement, tu prépares la chose, t’y vas pas à sec avec des tessons de bouteilles et des graviers en chantant la Marseillaise. Chacun sa technique pour ça, mais la nature t’as doté de mains et de bouche, alors tu te dois de t’en servir.

Yurk, mais je vais pas coller ma langue là !

Détends toi petit padawan, si tu te stresses des éventuelles surprises sur lesquelles tu peux tomber, on va sous la douche nettoyer tout ça. Pas que l’autre soit un gros dégueulasse, mais bon, ça rassure, je comprends t’inquiètes pas. Ensuite, y a pas de technique, t’y vas au feeling et tu vois comment réagit la tête de l’autre coté du corps. Ça lubrifie, oui, mais ça dilate aussi, et c’est quand même le but de la manœuvre. Bon ensuite, t’y vas en manuel parce qu’il faut bien se frayer un chemin là-dedans. Une fois que tu sens que tout se passe bien, tu peux y aller.

Mais dit nous Boobiz, pourquoi que ces messieurs ils veulent (souvent) aller par là ?
Déjà, je dis ces messieurs parce que, tu comprendras qu’avec des objets y a pas la sensation physique, donc on en parle après, on fait comme ça ?
Donc, les mecs veulent aller là-bas parce que c’est lisse là-dedans (mais je vois pas ce que ça change pour eux, s’ils veulent nous dire…) mais surtout parce que c’est plus étroit, contrairement à un vagin ou à une bouche (même si oui, tu peux serrer des mâchoires -sans les dents- et du périnée pour rendre le truc plus étroit, c’est pas pareil). Et puis tu vois, un vagin c’est naturellement plus large, sans compter que chez certaines c’est super large, alors qu’un anus ça se remet à taille normale, comme quand tu vas chier (oui c’est pas glam, mais appelons un chat un chat), la seule différence c’est que ça se dilate plus facilement avec la pratique, mais bon, ça devient pas le tunnel sous la manche non plus hein.

Et pour les autres, alors ?
Bah ça a un côté soumission, tabou etc. faut pas chercher plus loin mon petit père, ma petite mère.

Et niveau sensation, ça dit quoi ?
Bah ça dépend. Y en a qui kiffent, d’autres beaucoup moins et d’autres encore pas du tout. Alors le mieux, c’est de tester et puis tu vois quoi. A savoir que, quand même, si t’es un bonhomme, t’as la prostate, et que du coup, t’as beaucoup plus de chance de frissonner du cul qu’une gonzesse. Attention, je te vois venir, toi, l’hétéro type, à crier que t’es pas gay et que personne touchera à ton petit trou ! Bah déjà, je trouve ça con, mais soit, et ensuite, tu peux aimer te faire tâter la prostate sans être un homo refoulé, faudrait arrêter de mettre les gens dans des cases à un moment. Et puis, tu sais que quand tu te fais téter la nouille et que l’autre te passe un doigt par là, ça s’appelle une Royale. Alors avec un nom pareil, ça doit forcément être le pied intégral.

Oui, mais moi j’ai peur de l’après, de quand c’est fini et que truc qui était dedans s’en va…
Bon, moi je dis qu’on se fait pas prendre par ici avec n’importe qui parce que c’est super intime quand même, mais ça c’est mon point de vue. Tu sauras qu’y a des trucs pour éviter ce genre de plan, on appelle ça un lavement. Tu choppes une poire (pas le fruit, hein), tu la remplis de flotte et tu te cales ça. Du coup, comme son nom l’indique, tu te laves de l’intérieur. Tout le monde ne le fait pas. Je crois pas que ce soit über courant ce genre de soucis, mais ça arrive. Et ça arrive même pire. Je sais pas si je te le dis comme ça sonne dans ma tête parce que du coup je vais refroidir tout le monde, mais bon, « pire » peut arriver. Mais franchement c’est pas de bol quoi. Et puis, bah si ça arrive une fois, ça veut pas dire que ça arrivera tout le temps, et si t’as la trouille, bah la poire, comme j’ai dit au-dessus.

Bon, je crois que je t’ai tout dit. Après, personne te force à rien hein, mais si c’était juste ça qui t’arrêtais, bah tu peux maintenant t’en donner à cœur joie.

Bise,
Mya0u

Sources : cagou

Plus rapide que l’éclair…

27 Oct

Chez Boobiz, on aime bien parler des sujets qui fâchent, et pour le coup, celui-ci est … sensible, dirons-nous.

Oups, chérie, j’ai joui !

Non, généralement, ça ne se passe pas comme ça.
En fait, c’est plutôt visage-qui-se-décompose-joues-qui-deviennent-rouges-de-honte/colère et toi, femme, t’as juste à prier pour ne pas dire une connerie à ce moment là. Oui, parce que si tu dis que ce n’est pas grave, parce que pour toi ça ne l’est pas, pour eux c’est l’apocalypse. Leur égo est en train de creuser le sol, ils sont pris entre la honte, la colère, la peur de décevoir et sans doute d’autres choses aussi, mais hey, je suis pas un mec moi !

Tu ne peux pas non plus faire la nana qui n’a rien remarqué, faudrait voir à pas trop les prendre pour des cons non plus.

Dans l’absolu, moi je dirais qu’on devrait enquiller sur autre chose, mais certains sont tellement obnubilés par les trois jets de sperme qu’ils viennent de lâcher, qu’ils n’y pensent pas. Et c’est là tout le problème, mais avant de m’étendre un peu plus là-dessus, faut quand même que je te parle un peu médical.

L’éjaculation précoce c’est quand le mec éjacule (logique non ?) en moins d’une ou deux minutes. Oui, quand ton mec crache en trois minutes, c’est pas de l’éjaculation précoce, non,c’est juste qu’il kiff et voilà, même si oui, le mieux serait qu’il pense à sa gonzesse qui, elle, a besoin de plus de trois minutes pour aller caresser le Nirvana. Faut savoir qu’il existe deux formes d’éjaculation précoce. Quand on la nomme primaire, c’est que le type a toujours été comme ça depuis sa première relation sexuelle, et ce malgré une expérience certaine, différents partenaires etc. Quand ça arrive alors qu’avant il n’y avait aucun problème, on l’appelle éjaculation précoce secondaire. Ça veut dire que le mec à qui ça arrive une fois parce qu’il est en mode tout fifou de la kékette, c’en est pas un, non.

Y a des causes, surtout pour la secondaire, paraitrait que ça vient d’un traumatisme, mais je suis pas médecin. Moi je dis que le mieux c’est quand même de consulter dans ces cas là, parce qu’après tout c’est leur taff, et pas le mien, le mien c’est de te parler de problèmes qu’on connait tous.
Donc, tu vois, dans ma vie, j’ai pas croisé d’éjaculateurs précoces, mais j’ai eu des accidents. Enfin, les types ont eu des « accidents », donc le plan où ça vient beaucoup trop tôt.

Ce qui me fait rire c’est quand on me dit « moi je tiens trop longtemps en pipe/branlette/pénétration (raye la/les mentions inutiles) » et que le mec décharge avant que tu lui aies dit bonjour. Forcément, je t’avoue que ça me donne envie de me moquer, mais bon, c’est pas cool du coup je m’abstiens. Donc oui, bonhomme, ça arrive à tous les mecs au moins une fois. CE N’EST PAS DRAMATIQUE ! Enfin ça peut le devenir, mais de base non. Tu vois, nous, femme, on est pas en train de se dire « oh le loser bouhh je vais en parler à toutes mes copines et t’afficher aux yeux du monde« . Déjà, on sait pas trop comment vous parler après ce genre de chose, parce que bon, on voit bien que ça vous blase, mais on sait aussi que ça arrive et que c’est pas la fin du monde.
Moi je dis que dans ce cas-là, faut compenser. Parce que oui, c’est vrai, on est un peu frustrées, donc du coup vous pourriez passer à autre chose, le temps de vous en remettre quoi, et après zouh on remonte en selle et c’est cool pour tout le monde.

Car c’est peut-être pas ton cas mon petit pote, mais y en a beaucoup qui, quand ça arrive, boudent et se couchent. Et ça, ça énerve. Mais pire encore, ceux qui te le reprochent. Ouai. Le « c’est parce que tu m’excites trop« . LOLILOL ! t’as les boules alors tu nous le colles sur le dos ? Non, ça, ça prend pas, et c’est pas cool pour la gonzesse. Je sais que ça te retourne le cerveau, mais c’est pas une raison pour t’en prendre à la personne qui est dans ton lit.

Bref.
Je pense que tout le monde a compris l’essentiel : c’est pas grave & on enchaine. Voilà.

Des bises,
Mya0u

Des mots aux actes …

26 Oct

Je viens à toi, aujourd’hui, pour te parler de ces échanges que l’on a souvent du mal à avoir avec nos partenaires d’une nuit ou d’une vie, de ces envies parfois enfouies que l’on ose à peine imaginer ou fantasmer mais qu’à un moment on veut réaliser.

Certains se servent des amants occasionnels pour réaliser certains fantasmes, d’autres préfèrent partager ces moments avec la personne idéale. Quoi qu’il en soit, passer le cap de l’imaginaire pour l’acte est difficile tout comme d’en parler (tout du moins pour certaines envies, surtout quand l’autre est un peu plus… conventionnel… NON ! Je n’ai pas dit coincé !)

Si parfois dès le début, t’es au courant des fantasmes de ton partenaire, il arrive un moment dans la vie du couple ou de l’un des deux où l’envie de pimenter un peu sa vie refait surface (on dira pas que tu te fais chier, mais bon).
Alors comment faire face à cette situation, et surtout à sa meuf/son mec ?

Les fantasmes les plus courants ne sont pas forcément les plus simples à avouer, non pas par honte de soi, mais par peur de blesser ou de vexer la personne en face de soi. Je pense notamment au plan à trois. Si ce fantasme en fait rêver plus d’un(e), comment assumer le regard de l’autre lorsqu’il/elle pense qu’il/elle ne vous satisfait plus assez pour que vous ayez besoin d’un(e) autre. Voire qu’il/elle vous claque un « quoi, je te suffis plus ? » et à … c’est le drame !

Alors qu’en est-il lorsque ces fantasmes sortent un peu plus de l’ordinaire ? Chéri, ce soir, on teste la pine de cheval !
Comment doit-on réagir face à ce type « d’aveux »? Mais bien sur mamour, j’ai toujours voulu me faire uriner sur la crinière !
Comment doit-on expliquer ces fantasmes à notre partenaire ? Chéri, faut qu’on parle…
Doit-on assumer ses envies ou les taire à risquer d’en être frustré, à risquer de fauter avec une aventure d’un soir qu’on ne reverra plus, qui ne nous jugera pas ? (ça c’est la question qui fâche un peu…)

Et après ?
Une fois qu’on en a parlé, qu’on est ok tous les deux, comment on s’y met ? On prévoit le truc réglé comme du papier à musique (chérie, là tu dois dire « Bonyour, yé soui Maria, ché viens faire la pouchière ») ou on laisse les choses venir naturellement ?

Tu fais quoi, toi ? T’en parles ou pas ?
On se dévoile, même pas peur !

Des bises,
Mya0u

%d blogueurs aiment cette page :